Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

Lepage : "Pour punir les crimes contre l'environnement, il faut un juge mondial"

28 Janvier 2014, 17:43pm

Publié par Corinne Lepage

INTERVIEW - Corinne Lepage, eurodéputée et fondatrice du mouvement "Le Rassemblement Citoyen", appelle à la création d’un tribunal pénal européen de l’environnement et de la santé. Elle s’en explique.

INTERVIEW - Corinne Lepage, eurodéputée et fondatrice du mouvement "Le Rassemblement Citoyen", appelle à la création d’un tribunal pénal européen de l’environnement et de la santé. Elle s’en explique.

Vous lancez aujourd’hui au Parlement européen un appel pour que soit créé un Tribunal pénal européen et une Cour pénale internationale de l’environnement et de la santé. Qu’est-ce qui motive votre démarche?
L’idée de confier à un juge international un pouvoir de sanction pour réprimer les comportements irresponsables en matière d’environnement n’est pas nouvelle. Plusieurs associations et mouvements le réclament depuis des années. Ce qui est nouveau c’est que nous avons décidé de travailler ensemble, de créer une plateforme commune. C’est l’objet de la Charte de Bruxelles que nous rendons publique parce qu’il y a urgence. Nous devons pouvoir juger, au moins sur le plan moral, les crimes et délits environnementaux qui mettent en péril les ressources de la planète et la santé humaine.

Qui sont les signataires de cette charte?
Nous sommes huit membres fondateurs qui fédérons une quinzaine d’organisations comme la Croix Verte de Gorbachev, le réseau des procureurs européens pour l’environnement ou encore l’association End Ecocide in Europe. Et nous invitons plus largement les organisations intéressées et la société civile mondiale à nous soutenir.

«"Demander à l'ONU de répertorier les urgences environnementales

Quelle forme pourrait prendre ce tribunal?
Plusieurs pistes existent. Nous pourrions créer une chambre spécialisée au sein de la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE). Il suffirait de modifier les statuts de la CJUE, de reconnaître que les délits environnementaux doivent être punis et de créer un parquet pénal européen. L’autre piste, à plus longue échéance, serait de revoir les statuts de la Cour pénale internationale pour qu’elle puisse juger une catastrophe environnementale au même titre qu’un crime contre l’humanité.

Que comptez-vous faire pour mener à bien ce projet?
Nous allons interpeller le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. Nous allons demander au secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, de répertorier les urgences environnementales et d’élaborer les actes nécessaires pour qu’une Cour pénale internationale de l’environnement et de la santé voit le jour.

Tout un corps de normes a émergé au fils des années, les Etats ne sont-ils pas à même de juger ces crimes et délits?
Pas lorsqu’une catastrophe écologique dépasse les frontières d’un pays ce qui est de plus en plus souvent le cas. A la globalisation économique doit répondre une globalisation judiciaire. On voit bien que la financiarisation de l’économie pousse les acteurs économiques à faire des choix à très court terme et donc à ignorer les principes de précaution. Et qu’elle met souvent en scène plusieurs acteurs économiques qui obligent à une chasse à l’homme planétaire pour établir la chaine des responsabilités. Pour pouvoir juger des faits graves de pollutions ou d’atteinte à l’environnement, il faut un juge à compétence mondiale. Nous sommes en train de basculer d’une société productiviste, celle de l’après-guerre, de la reconstruction qui avait foi dans le progrès à une société qui a pris conscience des ravages pour la santé et l’environnement que provoque ce modèle de développement. Tous les grands procès du 20e siècle en portent la marque : l’Amoco Cadiz et l’Erika, les boues rouges et le sel des mines de potasse déversés dans le Rhin, les procès OGM et amiante. Demain nous serons confrontés à d’autres risques induits par le changement climatique, les nanotechnologies, les pesticides ou les gaz de schiste.

Bruna Basini - Le Journal du Dimanche

 

Source : Le JDD

http://www.lejdd.fr/Societe/Lepage-Pour-punir-les-crimes-contre-l-environnement-il-faut-un-juge-mondial-650839

Lire la suite

Discours de Corinne Lepage lors de la cérémonie de commémoration de la shoah – le 27 Janvier 2014 à Auschwitz

27 Janvier 2014, 19:10pm

Publié par Corinne Lepage

Corinne Lepage

Corinne Lepage

« Des millions de personnes hommes, femmes et enfants ont été gazés ici pour un seul crime : être ce qu’ils étaient, juif, tzigane, handicapé, prostituée ou homosexuel. Les rares rescapés sont des survivants, même si l’horreur absolue qu’ils ont vécue en a fait des êtres hors du commun. J’ai le privilège, pour en avoir connus de manière très proche, d’avoir compris comment le comble de l’abomination peut engendrer une humanité et une forme de bienveillance absolues. Ces hommes et des femmes que les nazis voulaient transformer en bêtes avant de les transformer en cendres et qui ont survécu ont pu donner au monde une des plus grandes leçons de dignité humaine qui soit, rassemblant en eux même les trésors dont l’humanité peut aussi être capable.

Pourtant les morts d’Auschwitz et de Birkenau ne suffisent pas à certains nostalgiques du nazisme qui ont fait alliance avec de nouveaux fascistes intégristes. Ils ont programmé une seconde mort des victimes de la Shoah par la dérision et la négation pour réécrire une Histoire qui les dérange. Le combat des vivants d’aujourd’hui, alors que s’éteint la génération qui a vécu la Shoah est non seulement celui de la Mémoire, mais celui de la vigilance. Dans le roman « Le transport de A.H. » daté de 1981,  Georges Steiner imagine un Hitler retrouvé en Amérique du sud fustigeant et narguant les jeunes générations venues l’arrêter. Prétendant être parvenu à incarner le monde moderne, il prétend que les générations suivantes en multipliant les génocides dans la deuxième partie du XXème siècle n’ont  rien fait d’autre que l’imiter. Si des génocides ont été commis en nombre depuis 60 ans, il ne s’agit pas d’entrer dans un concours mémoriel aussi dangereux qu’infondé. En revanche, il s’agit de se rappeler sans cesse de quoi les hommes sont capables, que les peuples civilisés peuvent devenir des monstres et que les moyens modernes de communication sont des outils de mobilisation sans précédent pour le pire comme pour le meilleur. Le devoir de vigilance est un impératif autant que le devoir de mémoire. L’Humanité est à ce prix. »

 

Source :

http://www.corinnelepage.eu/discours-de-corinne-lepage-lors-de-la-ceremonie-de-commemoration-de-la-shoah-le-27-janvier-2014-a-auschwitz/

Lire la suite

Corinne Lepage dénonce le manque d'ambition de la politique climat 2030

27 Janvier 2014, 07:35am

Publié par Corinne Lepage

Corinne Lepage dénonce le manque d'ambition de la politique climat 2030

La Commission européenne vient d'adopter les grandes lignes du paquet climat pour 2030 ; Elle propose un objectif "peu ambitieux" de 40% de réduction de GES pour 2030, un objectif 27% pour les énergies renouvelables, et "rien" sur l'efficacité énergétique, a déploré la députée européenne Corinne Lepage.

Une version précédente de la communication indiquait même que la Directive sur la qualité des carburants, qui fixe un objectif de 6% de réduction de GES au secteur pétrolier, ne devrait pas être reconduite après 2020.

C'est dans le cadre de cette directive que la Commission doit présenter des mesures sur les émissions liées aux sables bitumineux, qui ont fait l'objet d'un lobbying intense de la part notamment du Canada. Enfin, la Commission a proposé "seulement des recommandations" sur les gaz de schiste, alors que selon la députée, une adaptation de la législation européenne aurait été nécessaire pour couvrir les risques liés à la fracturation hydraulique.

"Le président Barroso a failli à son devoir de fixer un cap clair et ambitieux vers la transition énergétique. C'est grave pour l'Europe et pour la compétitivité future de notre industrie. L'absence de toute mesure législative sur les gaz de schiste est quant à elle proprement scandaleuse et injustifiable d'un point de vue juridique. Malgré le lobbying intense de l'industrie des énergies fossiles et du nucléaire contre un objectif pour les énergies renouvelables, on a évité le pire mais la Commission se contente d'objectifs "business as usual" qui poursuivent la trajectoire actuelle sans demander d'efforts supplémentaires. Ce manque d'ambition de la Commission reste décevant et préoccupant. En envisageant un temps d'abandonner l'objectif d'énergies renouvelables, M.Barroso porte une lourde responsabilité. Je déplore également que M.Barroso ait envisagé la mise à mort de la directive sur la qualité des carburants après 2020, ce qui empêcherait toute mesure sur les sables bitumineux et la fin des obligations de réduction des émissions au secteur pétrolier" a commenté Corinne Lepage.

 

Source :

http://www.enerzine.com/14/16853+corinne-lepage-denonce-le-manque-dambition-de-la-politique-climat-2030+.html

Lire la suite

Liberté d'entreprendre, de l'air !

26 Janvier 2014, 17:01pm

Publié par Richard Hasselmann

LE CERCLE. Le 13 janvier dernier, nous avons publié, en forme de voeux, une petite contribution, en soulignant que la France ne pouvait pas continuer à nier les réalités, en cassant tous les thermomètres qui accablent tous les gouvernants depuis plus de 30 ans !

Nous avons depuis entendu avec attention la conférence de presse de l'Élysée, et noté les différentes orientations et propositions. Au-delà d'un aggiornamento pathétique pour adapter le socialisme français aux réalités du monde, à côté d'un véritable Bad Godesberg pour trancher sur le rôle de l'entreprise, nous avons surtout noté les passages liés à l’Europe et ceux sur la dynamique d'impulsion de notre économie. Quand les événements nous échappent, feignons d'en être les organisateurs. Cette formule mérite sans doute d'être gravée dans le marbre du quinquennat.

Le citoyen absorbé par son quotidien peut ignorer certains travaux et rapports, mais pas l'armée de technocrates et de conseillers, qui… comme nous, suivent les avancées significatives pour l'idéal européen. Personne ne me fera croire que le rapport du groupe Glienicker "Vers une union de l'euro", dont nous avons suivi l'élaboration et mis en lumière par M. Alomar et M. Daziano (Les Échos du 13/01), était méconnu du pouvoir.

Ce document prône de fait une reconstruction de l'Europe autour du couple franco-allemand et un nouveau traité fondateur de la zone euro. C'est dire que l'on a compris que le Traité de Lisbonne est inapplicable et qu'il faut rebâtir. Il semble que le Président a lu ce rapport… dont acte.

Il n'a sans doute pas lu un document également intéressant publié par "The Heritage Foundation" en collaboration avec le Wall Street Journal d'où il ressort qu'en matière de liberté d'entreprendre, la France a du souci à se faire. "Freedom", à l'aune de ce mot est mesuré le degré de liberté dans 178 pays.

Cela va de la liberté fiscale, à la liberté d'entreprendre en général, en passant par toute une série de domaines qui sont les ingrédients d'une dynamique économique et sociale. La France au plan global de la liberté de faire se classe au 70e rang sur 178 nations. Au plan européen, 43 pays sont répertoriés, nous sommes… 33e ! Seule l'ITALIE figure derrière nous dans ce malheureux "grupetto" qui rame pour recoller au peloton des leaders emmenés par les pays scandinaves, l'Allemagne, l'UK et même la Belgique.

La consultation des indices est édifiante, elle témoigne du poids de nos procédures tatillonnes, et de nos administrations diverses et variées, qui brident l'initiative et l'envie. À l'aube des grands chantiers annoncés, où l'on va voir ce que l'on va voir, espérons que nous commencerons par le commencement, et que le poids des mots "Choc de simplification" rompra le poids des corporatismes et conservatismes.

 

Richard Hasselmann

Président de LIBR'ACTEURS

RASSEMBLEMENT CITOYEN

 

Source : Le cercle - Les Echos

http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/politique-eco-conjoncture/politique-economique/221189586/liberte-dentreprendre-lair

 

Lire la suite

L'Isle-Jourdain. Ce soir, le Rassemblement Ecocitoyen invite à débattre

25 Janvier 2014, 03:48am

Publié par La Dépêche du Midi

Alexis Boudaud tête de liste à Auch, Elisabeth Belaubre tête de liste à Toulouse, Jean-Luc Davezac tête de liste à L’Isle-Jourdain, Mélanie Bourgeois

Alexis Boudaud tête de liste à Auch, Elisabeth Belaubre tête de liste à Toulouse, Jean-Luc Davezac tête de liste à L’Isle-Jourdain, Mélanie Bourgeois

Le Rassemblement Ecocitoyen a été officiellement créé le samedi 18 janvier, à L’Isle-Jourdain. «Ce mouvement politique a pour but d’apporter un souffle frais lors des élections municipales. Il s’agit d’un rassemblement de citoyens qui souhaitent faire de la politique selon des principes éthiques, et pour défendre les valeurs de justice, d’équité et de respect de l’environnement et des populations.

Le Rassemblement Ecocitoyen compte 32 membres fondateurs, présents pour l’occasion à L’Isle-Jourdain», indique Jean-Luc Davezac, conseiller municipal et tête de liste à L’Isle-Jourdain ; il était entouré d’Alexis Boudaud, tête de liste à Auch, et d’Elisabeth Belaubre, 3e adjointe au maire à Toulouse, responsable du Rassemblement Citoyen Midi-Pyrénées et tête de liste dans la capitale régionale. Une réunion d’information et de débat aura lieu aujourd’hui, à 20 h 30, à la mairie.

La Dépêche du Midi

 

Source :

http://www.ladepeche.fr/article/2014/01/25/1802527-isle-jourdain-soir-rassemblement-ecocitoyen-invite-debattre.html

 

Lire la suite