Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

Corinne Lepage : "Notre système politique est en train d'exploser"

10 Décembre 2015, 18:58pm

Publié par Corinne Lepage

Corinne Lepage : "Notre système politique est en train d'exploser"

La présidente du mouvement écologiste Cap21 parle de la progression du Front national, d'écologie politique, et de la COP21. Entretien.

Publié le | Le Point.fr

 

Ancienne ministre de l'Environnement, ancienne membre de Génération écologie, fondatrice et présidente du parti écologiste et citoyen Cap21, Corinne Lepage est également l'avocate de 115 parties civiles au procès en appel des anciens élus de La Faute-sur-Mer (Vendée). Pour le Point.fr, elle revient sur la progression du Front national, l'avenir de l'écologie politique et des mouvements citoyens, ainsi que sur le déroulement de la COP21.

Le Point.fr : La COP21 se déroule en ce moment à Paris. Pourquoi la question écologique est-elle toujours absente des débats des élections régionales ?

Corinne Lepage : La question politicienne des résultats du Front national et des attentats de Paris a éclipsé les autres sujets. Et les bisbilles des Verts n'ont pas aidé. Mais Europe Écologie-Les Verts (EELV) a fait de bons scores. Nous étions alliés avec eux en Ile-de-France. Nous avons fait 8 %. Ce n'est pas 20 %, mais ce n'est pas négligeable. Et j'ai participé à 24 débats de la COP21…

Un parti politique peut-il servir efficacement l 'écologie s 'il est condamné à devoir s 'allier avec d 'autres partis traditionnels de gouvernement à chaque élection ?

Notre système politique global est en train d'exploser complètement. Il ne laisse aucune place aux petites formations et favorise l'émergence du Front national. Je serais pour passer à un système de représentation proportionnelle. Pourtant, je soutiens Christian Estrosi, Xavier Bertrand et Philippe Richert contre le Front national. Mais ce n'est qu'une partie du sujet. Le vrai sujet, c'est de trouver un système démocratique pour que tout le monde soit représenté de manière équitable. C'est la seule vraie réponse au Front national. Les discours ne sont plus audibles par une grande partie des citoyens, qui se retranchent vers l'abstention et le FN. La seule chose audible, c'est de faire des projets en commun qui réussissent.

Il y a quelques années, le FN était, comme EELV, un « petit parti ». Pourquoi l 'un attire des électeurs et pas l 'autre, alors que les citoyens sont de plus en plus sensibilisés à la question de l 'écologie ?

Une grande partie d'EELV considère que l'écologie doit être instrumentalisée au bénéfice d'une autre idéologie. On peut vouloir l'économie de marché et défendre l'écologie. Cette vision s'est ghettoïsée dans le parti. Quant au FN, il a répondu avec des éléments très simples aux angoisses existentielles d'une catégorie de gens qui ne sont pas ceux à qui les écolos s'adressent. Le FN a exploité des sujets dont les partis politiques traditionnels n'ont pas souhaité s'emparer. Les autres partis sont dans le déni.

La crise politique doit-elle se résoudre en contournant les partis ?

Oui, c'est pour cela que je participe à Cap21, une coopérative où 50 % des gens ne font pas de politique. Cela répond à une critique de notre système de gouvernance : la partitocratie. Des partis qui tournent pour eux et pas pour les autres. Alexandre Jardin se réjouit de la montée du FN, car, pour lui, c'est l'occasion de passer à autre chose. Les partis doivent comprendre qu'ils nous emmènent dans le mur. Seules les collectivités locales et les villes savent encore faire de la politique. Ce que font Alain Juppé à Bordeaux et Anne Hidalgo à Paris n'est pas contradictoire.

Pourtant, il y a eu plusieurs listes citoyennes aux régionales. Mais leur succès reste encore très limité

Incontestablement, les mouvements citoyens, c'est l'avenir. Mais il reste à déterminer comment les structurer. Il y a toute une série de mouvements citoyens : les Zèbres d'Alexandre Jardin, le Pacte civique, Nouvelle Donne, le mouvement de Jean-Marie Cavada, et nous-mêmes. Nous envisageons de travailler ensemble. Une majorité de Français seraient d'accord pour une grande coalition à l'allemande. Sauf que les partis ne veulent pas en entendre parler. Ils ont fait un hold-up sur les institutions de la République.

Cette COP21 sera-t-elle historique ?

D'abord, contrairement aux angoisses exprimées, elle a été remarquablement organisée. Deuxièmement, sur le plan diplomatique, Hollande et Fabius ont beaucoup bossé. Mais cette COP21 ne sera pas historique à cause des blocages financiers. Le Nord a déjà pris des engagements qu'il n'a pas tenus. J'étais à Copenhague (lors de la COP15, NDLR), il y avait le projet de faire un fonds vert de 100 milliards. Lors des 4 COP suivantes, on n'a pas discuté de la manière dont on allait faire le fonds. Si on veut que les pays du Sud fassent des efforts et abandonnent un mode d'alimentation électrique et énergétique fossile, il faut des transferts de technologie et de l'argent.

La question de la transparence des gouvernements est aussi très importante. Les pays du Nord ne veulent pas financer la corruption et les dictatures de certains pays. Et certains États comme l'Arabie saoudite et le Venezuela ne veulent pas abandonner le fossile. Je ne vois donc pas comment trouver un système merveilleux en 72 heures. Mais ce qui est historique, c'est la mise en mouvement de la partie économique et financière de la société civile.

 

Source : Le Point

http://www.lepoint.fr/politique/corinne-lepage-notre-systeme-politique-est-en-train-d-exploser-10-12-2015-1989030_20.php

Lire la suite

Résultat du 1er Tour des élections #Régionales2015 en Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

7 Décembre 2015, 10:23am

Publié par Place Beauvau

Résultat du 1er Tour des élections #Régionales2015 en Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

Lire la suite

DUDHu The Declaration of Rights and Responsibilities for Humankind

6 Décembre 2015, 23:42pm

Publié par Corinne Lepage

DUDHu The Declaration of Rights and Responsibilities for Humankind

 

 

Ajoutée le 27 nov. 2015

Some 5,000 young people from around the world, including Scouts from the World Organization of the Scout Movement and Earth Guardians gathered in Paris for COY 11. Green Cross' Adam Koniuszewski and Corinne Lepage were there to bring attention to the new Declaration of Rights and Responsibilities for Humankind, which proposes a principle of responsibility towards future generations.


Sign the Declaration : http://droitshumanite.fr/DU/?lang=en

 

Lire la suite

Régionales2015 #LRMP pour le Bien Commun

4 Décembre 2015, 11:00am

Publié par CAP21LRC

Régionales2015 #LRMP pour le Bien Commun

Parmi les 10 listes proposées dans la nouvelle région Languedoc-Roussillon--Midi-Pyrénées #LRMP, nous soutenons celle du Bien Commun en droite ligne de la COP21.

 

 

 

 

Citoyenne, Citoyen, vous trouverez ce document dans l'envoi officiel.
Citoyenne, Citoyen, vous trouverez ce document dans l'envoi officiel.

Citoyenne, Citoyen, vous trouverez ce document dans l'envoi officiel.

Pour en savoir plus : lebiencommun.fr

 

 

 

 

Même La Dépêche en parle (un véritable exploit démocratique de sa part) :

 

Fabienne Lada, tête de liste des Hautes-Pyrénées, et Christophe Cavard, tête de liste régionale.

 

Cette «coopérative politique née il y a quelques mois de la rencontre entre des écologistes et des habitants engagés» se présente à sa première élection, avec un budget de Petit Poucet. «Avec les attentats, notre campagne sur une nouvelle région élargie a pris du retard. C'est un véritable marathon, ce qui explique que nous sommes à Tarbes seulement aujourd'hui (NDLR : hier). C'est notre dernier département, avoue Christophe Cavard, député du Gard, écologiste. Nous appartenons au camp de la gauche mais nous considérons que les partis politiques traditionnels ne répondent plus aux attentes des citoyens. J'ai quitté Europe écologie-Les Verts en juin 2015. Mon ancienne formation ne prône plus une écologie des solutions, pragmatique. De plus, Le Bien commun s'est ouvert à des militants d'autres causes, qui ne sont pas issus de partis politiques. Rien de mieux pour nous que d'aller se confronter à un scrutin pour faire légitimer notre démarche.» Après avoir réussi la première étape de constituer des listes sur les 13 départements, «notre objectif, c'est d'avoir des élus et de former un groupe politique dans la future majorité de gauche».

C'est Fabienne Lada, 45 ans, chef de service éducatif en établissement pénitentiaire, qui conduira la liste sur les Hautes-Pyrénées, devant Édouard Hugues, Zahara Moindze, Jean Yobo, Maele Ramet, Jacques Larruchon, Pascale Dumont, Pierre Puntous et Isabelle Marteil. Pour elle, «la proximité de la montagne et de la mer est un atout pour développer des activités non délocalisables», pour juguler l'exode rural et lutter contre le chômage qui culmine à près de 20 % à Tarbes. Autour du pôle universitaire, la formation des jeunes doit être orientée vers les secteurs porteurs des produits du terroir, de la gastronomie, du vin et du tourisme culturel. «Le Bien commun a vocation à dépasser le cadre des régionales. Pour nous, c'est le début d'une aventure», souligne Christophe Cavard en guise de conclusion.

Cyrille Marqué

 

Lire la suite

Régionales 2015 : entretien avec François Baraize, coopérateur du Bien Commun avec Christophe Cavard

4 Décembre 2015, 10:22am

Publié par Le Bien Commun

Entretien avec François Baraize, colistier de Christophe Cavard pour le Bien Commun aux régionales 2015.

Entretien avec François Baraize, colistier de Christophe Cavard pour le Bien Commun aux régionales 2015.

Trois questions à François Baraize, ancien d’EELV qui, las des traditionnelles manœuvres d’appareils ou de politicards politiciens, a co-élaboré avec le député Christophe Cavard, la liste du Bien Commun présentée aux élections régionales en Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. Entretien...

 

Avec le député Christophe Cavard, vous avez concocté une liste intitulée le Bien commun que vous avez qualifiée d'OVNI, quesaco ?

"Le bien commun est le nom que nous avons donné à ce mouvement, cette coopérative politique, comme nous l'appelons, qui réunit des écologistes, des coopérateurs, des militants des quartiers défavorisés, des zones rurales oubliées, des activistes de la lutte contre les discriminations, contre l'injustice sociale, des dirigeants d'entreprises solidaires et de coopératives. Des gens qui viennent de culture différente, d'histoires différentes, et qui pensent tous que cette diversité culturelle, cette mixité, est aujourd'hui essentielle pour relever les défis d'une crise politique qui s'ajoute aux crises écologiques, économiques, sociales. C'est un ovni, parce qu'un tel rassemblement est inédit, qu'il ne ressemble à rien de ce qui a été fait auparavant. C'est un rassemblement de l'écologie populaire, un mouvement qui donne la place aux mouvements sociaux pour qu'ils accèdent à l'institution et portent leurs combats dans la République. Alors que, la plupart du temps, ces acteurs sont laissés aux marges de l'institution, aux marges des places éligibles, aux marges de la politique. C'est une liste d'habitants engagés, hors des partis, sans l'appui déguisé des moyens d'une collectivité.

 

A 48h du scrutin, comment appréhendez-vous ces élections ?

Les élections s'annonçaient compliquées, avec un calendrier très défavorable, juste avant les fêtes de Noel. Pas le meilleur moment pour un appel aux urnes. Les attentats ont rendu les choses encore plus compliquées, et la campagne très difficile. On appréhende sans appréhension, mais avec beaucoup de questions sur la participation, et, bien sûr, sur le travail que l'on fait. C'est peut être l'une des dernières fois où une aventure politique comme la nôtre peut exister sans être laminée par le chantage du risque FN, qui verra les partis traditionnels exercer encore plus de pression sur une liste indépendante comme la nôtre. Ou qui les verra s'effondrer sous le poids de leurs contradictions. Pour le reste, on a tellement été insondables, passant du simple au quintuple dans les sondages d'un jour à l'autre, que l'on est juste fier d'avoir réussi le pari d'exister à une telle échelle. Et pas pessimistes sur notre capacité à obtenir un groupe d'élus dans la future assemblée régionale. Parce qu'il faudra bien que tous ceux qui refusent les recettes inconsistantes de la droite, et la démagogie de l'extrême-droite, s'unissent au deuxième tour. Le premier tour n'est que celui qui déterminera la composition de cette probable - et attendue - majorité. Plus il y aura "d'experts du quotidien" comme nous, et mieux ce sera pour cette région qui a besoin de compétences et d'inventivité.

 

Quel que soit le résultat de ces élections, ce mouvement connaitra-t-il une suite ?

Oui. Ce n'est que la première étape, les fondations d'une maison commune que l'on construit brique après brique. La coopérative politique dont nous avions rêvé au temps - pas si lointain - de la fondation d'Europe Ecologie par Bové et Cohn-Bendit est née. Et c'était un pari fou, en si peu de temps, et à une telle échelle de territoire. À Montpellier, à Toulouse, à Nimes, Auch, Albi, et ailleurs, de véritables groupes se sont constitués, et ils renouvellent la façon de faire de la politique. Tout ça va fortement compter dans les années à venir.

 
Ethève Nicolas

Journaliste pour mediaterranee.com, après une décénie de presse papier dans la PQR.

 

Source :  Mediaterranée

http://www.mediaterranee.com/0452015-regionales-2015-entretien-avec-francois-baraize-cooperateur-du-bien-commun-avec-christophe

Lire la suite