Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

Articles avec #echos du reseau lercitoyen

Il est temps de changer les moeurs politiques!

9 Mai 2016, 14:16pm

Publié par Corinne Lepage

Des députés - dont Denis Baupin - s'engagent le #8mars, #mettezdurouge contre les violences faites aux femmes.

Des députés - dont Denis Baupin - s'engagent le #8mars, #mettezdurouge contre les violences faites aux femmes.

 

L'affaire Baupin, faits avérés ou non, témoigne de l'état des mœurs et des dérives du système partitocratique. La promotion canapé au sein des partis politiques pour obtenir une investiture est encore plus innommable que celle qui peut exister au sein des entreprises pour obtenir un poste. En effet, un parti politique est sensé choisir les meilleurs pour décider au nom de tous. Savoir que ces modalités auraient existé au sein de EELV, si les faits sont avérés, rappelle une fois de plus que ce parti ne fait pas de politique autrement que les autres. Et, les liens qu'entretiennent de notoriété publique certains élu(e)s de ce parti ont déjà fait l'objet de nombreux commentaires (voir notamment le Canard enchaîné de décembre 2012, sous le titre "Elus de coeur"). Mais ce parti n'est pas le seul à agir de la sorte et la loi sur la parité a entraîné des promotions aussi rapides qu'injustifiées de femmes et de maîtresse de... dont l'élection avait de surcroît pour effet de permettre intelligemment le contournement de la loi sur le cumul des mandats.

Mais au-delà de la question de fond, s'en pose une seconde tout aussi importante. Pourquoi ces faits sont-ils dénoncés aujourd'hui alors qu'ils remonteraient à plusieurs années ? Les faits sont prescrits et par voie de conséquence aucune procédure pénale ne pourra jamais venir dire si ces faits se sont effectivement produits. Dès lors, il s'agit d'une opération purement politique dont il n'est pas question de nier l'importance mais qui prend un tour tout à fait particulier. Ne s'agirait-il pas par hasard d'une revanche de l'appareil vert non seulement contre Denis Baupin qui a quitté EELV mais aussi contre Emmanuelle Cosse, épouse de Denis Baupin, qui a osé accepter un poste de ministre contre l'avis de la ligne extrême gauche du parti ?

Et si tel était le cas, personne ne peut douter que les faits étaient antérieurement connus. Sans doute, et on ne peut que s'en réjouir, les femmes osent aujourd'hui parler et c'est particulièrement indispensable dans un monde où sous couvert du différentialisme, certains en viennent à défendre l'indéfendable. Mais, dans le cas présent, le sujet sous-jacent est une des pierres angulaires si ce n'est la pierre angulaire du fonctionnement des partis politiques, celui des "casseroles". Il est indispensable pour un parti politique de disposer de casseroles contre ses adversaires -ce qui n'est pas glorieux mais qu'on peut comprendre- mais surtout contre ses membres. Cela permet de contraindre tout élu à suivre les directives qui lui sont données faute de quoi, comme par hasard, les casseroles sortent. Elles peuvent être de nature diverse, celles qui relèvent de la finance et du sexe étant naturellement les plus appréciées. Et, pour ceux qui n'ont pas de casseroles, une certitude : ils ne monteront pas dans la hiérarchie du parti. Il va de soi qu'une telle organisation ne peut que contribuer à la dégradation du système démocratique et la défiance généralisée de nos concitoyens à l'égard de leur classe politique.

Mais, tout ceci n'est possible que parce que les médias se prêtent au jeu, et ce doublement. D'une part -et l'affaire Strauss-Kahn en a été une parfaite démonstration- il est très rare qu'une affaire sorte, notamment dans le domaine sexuel, sans qu'une instrumentalisation originelle la fasse sortir. Et, en revanche, lorsque l'affaire sort, c'est l'hallali, sans que personne ne se demande s'il y a une instrumentalisation et à qui bénéficie le crime. D'autre part, lorsque des élus travaillent au fond les dossiers et ont un comportement conforme à ce qu'attendent les citoyens, personne n'en parle.

En définitive, une fois de plus, le sage montre la lune et l'imbécile regarde le doigt. Le comportement de Denis Baupin s'il était avéré n'est évidemment pas acceptable ; mais, les mœurs politiques que la sortie de ce dossier dévoile, ne le sont pas davantage. Il est plus que temps la société civile reprenne son destin en main.

Source : Huffington Post

http://www.huffingtonpost.fr/corinne-lepage/denis-baupin-harcelement-sexuel_b_9868378.html

 

Lire la suite

(Br)exit le citoyen

9 Mai 2016, 09:26am

Publié par Corinne lepage

(Br)exit le citoyen

 

Députée européenne, j'ai été confrontée aux différents fonctionnements des démocraties européennes. Je me souviens que les Pays-Bas, avant les réunions du Conseil de l'Union européenne, avaient eu un débat et donné un mandat au chef de gouvernement pour aller négocier à Bruxelles. Nous sommes très loin de ce fonctionnement démocratique. Pourtant les sujets justifiant un tel débat ne manquent pas que ce soit les accords internationaux -type CETA et TAFTA- ou les négociations avec les potentiels entrants comme la Turquie et les potentiels sortants comme la Grande Bretagne. Le concept d'une Union signifie évidemment un consentement de ses membres à vivre ensemble. Le départ d'un des membres de cette union doit donc être analysé autrement que comme un simple départ unilatéral.

Ce départ pose des questions essentielles et les ses conditions impacteraient les membres de l'Union au-delà de la Grande Bretagne. Mais bien sûr, elle est la première concernée et sa sortie poserait la question de son appartenance à terme à la Cour Européenne des Droits de l'Homme, à l'espace économique européen, au traité Euratom et à tout ce que nous avons mis en commun pour créer un espace de paix sur notre continent.

Il serait pour le moins normal que les citoyens de toute l'Union sachent quel scénario sera proposé aux britanniques par leur gouvernement en cas de Brexit. Et il est tout à fait incroyable que les Anglais votent sans avoir une vision complète des conséquences de leurs suffrages. 
Mais au-delà, ce qui parait le plus surréaliste est que ce sur ce sujet majeur, il n'y est aucun débat démocratique alors que cet acte important peut avoir des conséquences sur notre vie politique interne.

La sortie de la Grande Bretagne de l'Union européenne ne va pas faire s'abattre une pluie de sauterelles sur le pays. En réalité plusieurs scenarii sont envisageables sur le plan économique dont celui d'une croissance à court terme du fait de la levée de de certaines normes, avec bien sûr des conséquences à long terme beaucoup plus floues à appréhender mais potentiellement lourdes. Ainsi, les normes financières pesantes -si faibles soient-elles- sur la city si elle venaient à être levées, produirait un souffle nouveau, les contraintes -si faibles soient-elles- sur l'exploitation gazière du nord de la Grande-Bretagne feront mécaniquement croître le PIB du pays.

Cette croissance sera variable selon le scénario choisi par les partenaires européens. Va-t-on donner un statut privilégié aux britanniques ? Part-on vers un scénario à la norvégienne ou sera t'on intransigeant pour ne pas permettre à la Grande Bretagne d'être un passager clandestin de l'Union européenne ? Déciderons-nous enfin, une fois ce pays sorti, de sanctionner les paradis fiscaux britanniques, alors que nous n'avons jamais réussi à le faire du temps où ils étaient dans l'Union ?

En somme, allons-nous tout faire pour prouver que le projet européen est bel et bien ce que l'on dit depuis longtemps à savoir la capacité de créer un espace de vie commun, de prospérité et de paix ou allons-nous donner aux extrêmes de tout bord un blanc-seing pour venir détruire ce projet de vie commune ? La sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne aura forcément un impact en politique interne. Car oui les extrêmes n'hésiteront pas à s'engouffrer et à exploiter les résultats du Brexit pour faire campagne. 3 ans de croissance économique en Grande Bretagne après le Brexit seraient autant d'arguments pour Marine le Pen lors des campagnes présidentielles 2017 et 2022. En revanche, un affaiblissement économique et financier tout aussi possible aurait des résultats contraires. Le comportement de l'Union est donc un sujet majeur de politique intérieur... sauf que le sujet est absent des radars français.

Il aura un impact aussi sur les 27. Etat de poids, la Grande Bretagne influence depuis son entrée dans l'Union européenne les négociations sur les fonds FEDER et FSE redéployés sur les territoires, la politique énergétique (pro nucléaire et pro gazière), la redistribution de la PAC, la diplomatie européenne... de nouveaux équilibres seront à définir avec le départ britannique .
Pour cette raison, il est impératif qu'avant le vote chacun sache ce que deviennent en cas de Brexit, le commissaire européen, les représentants au Conseil de l'Union européenne et au Parlement européen. La logique voudrait qu'ils partent. Mais pour les députés, ils sont députés européens élus pour 5 ans...

Ces questions devraient être tranchées préalablement et démocratiquement et non pas en conciliabules et après le vote. Monsieur le Président de la République, vous étiez venu, au lendemain de votre élection, devant la représentation européenne, présenter votre vision européenne. Nous avons besoin aujourd'hui de vous entendre sur ce sujet que vous aurez à gérer pendant la campagne présidentielle et qui engage notre pays au-delà des clivages habituels. Il est plus que temps qu'un débat s'engage et que le sujet européen ne passe pas à la trappe entre 2 élections européennes.

Suivre Corinne Lepage sur Twitter: www.twitter.com/corinnelepage

 

Source : Huffington Post

http://www.huffingtonpost.fr/corinne-lepage/sortie-union-europeenne-royaume-uni_b_9863848.html​

Lire la suite

Corinne Lepage en train de tracter pour La Primaire des Français

5 Mai 2016, 08:04am

Publié par Corinne Lepage

Tracter le jour de l'ascension, il n'y a rien de mieux pour grimper dans les sondages.

Tracter le jour de l'ascension, il n'y a rien de mieux pour grimper dans les sondages.

Corinne Lepage et Victor Ferreira (Cap21/Le Rassemblement Citoyen) à la rencontre des citoyens à la sortie de la gare Paris-Gare-de-Lyon en ce matin du 5 mai 2016 pour leur présenter La Primaire Des Francais et les inviter à signer la pétition de soutien :
http://www.laprimairedesfrancais.fr/

 

Bref, tel le colibri, elle fait sa part.

Et vous ?

Victor Ferreira et Corinne Lepage tractant près de la Gare SNCF de Paris-Gare de Lyon.
Victor Ferreira et Corinne Lepage tractant près de la Gare SNCF de Paris-Gare de Lyon.

Victor Ferreira et Corinne Lepage tractant près de la Gare SNCF de Paris-Gare de Lyon.

Lire la suite

La primaire des français c’est une façon de dire: l’alternative ça n’est pas Marine Le Pen, c’est vous.

27 Avril 2016, 11:37am

Publié par Corinne Lepage

 

 
 
Ajoutée le 27 avr. 2016

Corinne Lepage, présidente du mouvement Cap21 (Le Rassemblement Citoyen), Ancienne ministre de l’Environnement, était ce mercredi l’Invité du Matin de RFI. Conférence environnementale, baisse du chômage, primaire des français. Elle répond aux questions de Frédéric Rivière.
« La primaire des français c’est une façon de dire: l’alternative ça n’est pas Marine Le Pen, c’est vous. »

 

http://www.rfi.fr/emission/20160427-corinne-lepage-presidente-mouvement-cap21

 

 

 

Signez et/ou faites signer la pétition pour :

 

 

Signez et/ou faites signer la pétition pour :

 

Lire la suite

Corinne Lepage - Primaire citoyenne : « Une vraie dynamique est en marche »

26 Avril 2016, 12:08pm

Publié par Corinne Lepage

Corinne Lepage a répondu aux questions de Béatrice Houchard

 


Corinne Lepage - Primaire citoyenne : « C’est... par Lopinionfr

 

Corinne Lepage, présidente de CAP 21 - Le Rassemblement Citoyen, était l’invitée de Béatrice Houchard sur le plateau de l’Opinion. L’ancienne ministre de l’Environnement « ne voit pas la stratégie de François Hollande sur le nucléaire ». Impossible, à ses yeux, d’avoir « un marché composé de 40% d’énergies renouvelables sans fermer un certain nombre de centrales nucléaires ». Pour 2017, Corinne Lepage est à l’origine, avec d’autres, de la « Primaire citoyenne » qui s’appuie sur un socle commun rendu public aujourd’hui. Cette iniative vise à présenter un candidat, issu de la société civile, à la prochaine élection présidentielle.

 

 

 

Signez et/ou faites signer la pétition pour :

 

 

Alors signez et/ou faites signer la pétition pour :

 

Lire la suite

La conférence environnementale le jour "anniversaire" de Tchernobyl: plus qu'un symbole

25 Avril 2016, 08:15am

Publié par Corinne Lepage

Le dôme de Tchernobyl

Le dôme de Tchernobyl

Choisir le 30ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl pour tenir la dernière conférence environnementale du quinquennat est tout un symbole.

Celui de la manière dont le nucléaire et toute la conception du progrès technologique qu'elle génère a gangréné au point d'en faire une équation impossible, toute politique environnementale en France. Les livres d'histoire s'interrogeront sans doute sur les raisons pour lesquelles notre pays doté d'une nature des plus riches de la planète, surtout si l'on intègre nos outre-mer, doté d'ingénieurs innovants et probablement parmi les mieux formés du monde a été incapable -au moins jusqu'à aujourd'hui-d'être un des champions planétaires de l'environnement.

Car, au-delà des opérations de communication, et du succès indéniable -sur le plan diplomatique grâce à Laurent Fabius- de la COP21, les performances françaises sont médiocres, voire mauvaises: pollution de l'air record à cause au diesel, podium européen pour l'usage des pesticides, état moyen à mauvais de nos eaux (même si la suppression de l'IFEN grâce à Madame Bachelot a conduit progressivement à ne plus disposer, en violation nos engagements communautaires, de mesures fiables et régulières de la pollution de nos rivières et de nos nappes)... mais l'échec le plus patent est évidemment celui de la transition énergétique puisque, malgré la loi votée grâce aux efforts de Ségolène Royal, nos scores sont de plus en plus décevants et nous passons à côté de la révolution énergétique du renouvelable pour ne pas dire que nous lui tournons le dos.

Et, ce qui se passe actuellement dans le domaine nucléaire est à proprement parler tragique. Sans doute, le "délire" de Hinkley Point est tel que même le gouvernement a décidé d'attendre... mais quoi? Peut-être tout simplement de remettre entre "la patate chaude" au prochain gouvernement issu des élections de 2017. Rien ne dit que le gouvernement anglais acceptera d'attendre et ce d'autant plus que ce contrat est subordonné à la mise en service de Flamanville qui n'est pas prête d'intervenir. Il faut en effet espérer pour notre sécurité commune que les pressions qui s'exercent et ne manqueront pas de s'exercer davantage sur l'autorité de sûreté nucléaire pour que soit validés sur le plan technique, la cuve et le couvercle du réacteur nous conduiront pas à une mise en service dangereuse.

Or, les dernières analyses donnent des résultats beaucoup plus catastrophiques que ceux qui étaient sortis en 2015 sur l'importance de la pénétration de la ségrégation du carbone. Mais, abandonner Hinkley Point fera paraître d'une part la folie financière de l'acquisition de British énergies en 2006 pour une somme de 15,7 milliards d'euros (très supérieure à la valeur boursière de l'entreprise) et le coût du traitement des déchets de cette entreprise, coût désormais la charge d'EDF.

En réalité, cette acquisition n'est qu'un exemple supplémentaire de la gouvernance hallucinante du nucléaire en France, qu'il s'agisse d'Areva ou d'EDF, de la gabegie avec laquelle des sommes qui en définitive appartiennent à des entreprises publiques et donc à tous les Français sont gérées, des pratiques qu'on ne tolérerait pas dans une entreprise privée et qui devrait l'être d'autant moins dans une entreprise publique qui se devrait être exemplaire. Le résultat des courses en tout cas est catastrophique à tous points de vue.

Tout d'abord, ce sont 8 milliards d'euros, une bagatelle, qui devront être sortis du trésor public en 2016 au début de l'année 2017 pour renflouer Areva et EDF. Dans le contexte budgétaire actuel, où les activités régaliennes de la puissance publique sont freinées par manque de moyens, que ce soit la police ou la gendarmerie qui manque d'essence, la justice qui ne paie plus ses experts ou l'hôpital qui ne sait plus faire face, c'est inadmissible. Il faut être l'État pour accepter de recapitaliser dans une entreprise qui vient de perdre plus de 85% de sa valeur (l'action étant passée de 80 à 10 euros en l'espace de quelques années).

Il est vrai que s'il s'agissait des fonds personnels de ceux qui décident, leur choix d'actionnaires serait sans doute différent.

Et surtout, est-ce utile? Renflouer EDF et Areva pour permettre leur adaptation à l'énergie du XXIe siècle a un sens. Les renflouer pour qu'elles puissent continuer dans une voie sans issue n'en a aucun. Or, c'est malheureusement bien ce qui se passe puisqu'à aucun moment des changements de stratégie n'ont été évoqués. C'est d'autant plus scandaleux que EDF énergies nouvelle est une des très grandes entreprises mondiales en matière d'énergies renouvelables et qu'elle pourrait parfaitement faire en France qu'elle fait à l'étranger. Sauf que les grands "penseurs" que sont le corps des mines appuyé par l'inspection des finances ne peuvent avoir tort et, la stratégie selon laquelle en France il ne peut y avoir que du nucléaire doit donc être poursuivie, quel que soit le risque économique, financier et le risque tout court auquel cette folie nous expose.

Partant de là tout est permis. Pipoter la comptabilité pour intégrer une durée de vie de 50 ans des centrales, afin d'améliorer les bilans, alors que l'autorité de sûreté nucléaire n'a donné aucun accord de cet ordre. Vendre des actifs essentiels comme RTE (réseau de transport d'électricité) alors que s'il est bien un domaine qui doit rester dans la sphère publique, c'est le réseau, essentiel au service public et clé de voûte du système énergétique contemporain. Vendre des actifs essentiels de l'État comme les aéroports, pour compenser la recapitalisation d'EDF, et, cerise sur le gâteau, réduit les investissements de de 2 milliards par alors qu'EDF est censée améliorer la sûreté des centrales et procéder au grand carénage. L'incohérence de l'action publique est arrivée à un niveau tel qu'il paraît logique dans le même temps d'intégrer dans la comptabilité la prolongation de la durée de vie des centrales et de réduire les investissements destinés à la permettre !!! Ubu roi!

Dans ces conditions, nous sommes condamnés à supporter évidemment une descente aux enfers de nos entreprises nucléaires et le chômage qui va avec, puisque le prix de l'électricité nucléaire ne cesse de monter alors que celui du renouvelable ne cesse de baisser, à devoir continuer à investir à perte, et surtout à risquer de manière croissante un accident nucléaire qui constituerait-et sur ce point personne ne peut en douter-un coup fatal porté à notre pays tout entier.

 

Corinne Lepage Devenez fan

Avocate, Ancienne députée européenne Cap21, ancienne ministre de l'Environnement

 

Source : HuffingtonPost

http://www.huffingtonpost.fr/corinne-lepage/la-conference-environnementale-le-jour-anniversaire-de-tchernobyl_b_9768324.html

 

Lire la suite

CONSTRUCTION D'EPR À HINKLEY POINT : "C'EST SUICIDAIRE !", DÉNONCE LEPAGE (RASSEMBLEMENT CITOYEN)

21 Avril 2016, 11:13am

Publié par Corinne Lepage

 

 

L'ancienne ministre de l'environnement appelle à renoncer au projet d'EDF de construction de deux réacteurs nucléaires EPR à Hinkley Point (Royaume-Uni), et dénonce le coût de plus en plus élevé de l'énergie nucléaire.

Invitée jeudi dans Politique matin, Corinne Lepage, ancienne ministre de l'Environnement d'Alain Juppé, s'inquiète des investissements d'EDF dans la construction de nouveaux réacteurs nucléaires en France et dans le monde. Principale menace selon elle, le projet d'EDF de construction de deux réacteurs nucléaires de troisième génération (EPR) à Hinkley Point au Royaume-Uni.

"C'est suicidaire ! C'est financièrement suicidaire !", tranche Corinne Lepage, rappelant la démission du directeur financier de l'électricien, en désaccord avec ce projet au coût estimé de 24,5 milliards d'euros. "Je pense qu'à terme il faut que nous sortions de l'énergie qui va devenir la plus chère du monde, c'est non seulement la plus dangereuse mais cela devient la plus chère du monde."

La présidente du Rassemblement citoyen-Cap 21 juge que désormais, le champion français de la production d'électricité doit désormais se réorienter : "La crédibilité d'EDF, elle peut la retrouver en mettant la gomme sur la sécurité et l'investissement dans le démantèlement des centrales nucléaires, pour devenir des champions du monde du démantèlement. Il y a 550 réacteurs nucléaires à démanteler dans le monde."

 

Source : LCP

http://www.lcp.fr/la-politique-en-video/construction-depr-hinkley-point-cest-suicidaire-denonce-lepage-rassemblement

Lire la suite

Corinne Lepage: "En France, c'est le nucléaire qui décide"

19 Avril 2016, 22:14pm

Publié par Alexandre LE MER

Corinne Lepage mardi matin sur BFMTV et RMC.

Corinne Lepage mardi matin sur BFMTV et RMC.

Corinne Lepage, ancienne ministre de l'Environnement et présidente du mouvement Cap21, est ce mardi matin l'invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et sur RMC. Elle fera partie de la délégation qui accompagnera François Hollande vendredi à New York pour la signature du Pacte de Paris sur le climat.

 

Chef d'édition

 

source : BFMTV

http://www.bfmtv.com/politique/corinne-lepage-en-france-c-est-le-nucleaire-qui-decide-967891.html

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>