Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

Articles avec #echos du reseau lercitoyen

En France, La société civile n'a pas droit de cité

24 Mars 2014, 08:33am

Publié par Corinne Lepage

 En France, La société civile n'a pas droit de cité

Tous les commentaires, le soir du premier tour convergent vers un commentaire simple : la vague bleue marine. Elle est incontestable mais c'est une conclusion insuffisante. Il faut y ajouter le bon score de l'UMP, le rejet du PS et ses alliés et le petit score du Front de gauche. Mais un phénomène est passé sous silence : les scores parfois remarquables voire gagnants au premier tout de listes sans étiquettes politiques, dans lesquelles les coopérateurs du rassemblement citoyen ont souvent joué un rôle important.

Il est pour le moins anormal que l'analyse des résultats du premier tour des élections municipales ne permette pas de savoir quel score ces listes citoyennes, pourtant particulièrement nombreuses y compris dans les grandes villes, ont pu réaliser. À l'échelle nationale, il aurait été intéressant de savoir ce que représentaient les élus locaux refusant une étiquette politique conventionnelle. C'est impossible puisque le ministère de l'intérieur l'interdit. En effet, toute liste a l'obligation de préciser son appartenance politique et, en l'absence d'une telle précision, elle est classée divers droite ou divers gauche. Autrement dit, une liste citoyenne qui refuse une appartenance politique n'a pas le droit d'exister. Dès lors, il est impossible de mesurer les résultats de liste qui se sont déclarées citoyenne puisqu'elles sont cataloguées sous une appartenance diverses droite ou gauche.

 

Cette impossibilité est accrue par le manque de visibilité médiatique de ces listes. En effet, les listes citoyennes n'ont bénéficié d'aucune communication au niveau national. Sous-estimées a priori par la presse locale, souvent soumise à des pressions politiques locales, ces listes ne doivent leur succès qu'aux réseaux sociaux, au bouche-à-oreille et à mobilisation citoyenne. Mais il est clair que tout a été fait dans les appareils politiques pour éviter autant que possible toute montée en puissance de cette mobilisation nouvelle.

Cette appropriation par les partis politiques de tout résultat électoral, l'UMP comme le PS revendiquant bien entendu dans leur orbite les divers droites et divers gauches est bien entendu une vision fausse de la réalité politique. Elle est de surcroît une vision dangereuse de cette même réalité. En effet, dans cette présentation, l'UMPS chère à Marine Le Pen ne peut avoir pour seul opposant que le Front National. D'un côté les partis de gouvernement autour des deux grands pôles, de l'autre côté le Front National. En revanche, aucune place pour des mouvements citoyens qui se revendiquent comme capables de réunir des sensibilités différentes autour d'un même projet. Cette négation de l'expression démocratique, au moment même où des organisations politiques de la société civile dont le Rassemblement Citoyen se mettent en place est d'autant plus inacceptable qu'elle cache une véritable transformation de la société française.

Il est plus que temps de reconnaitre qu'entre les partis conventionnels et le Front National, nos concitoyens disposent d'un autre choix: celui des listes citoyennes qui ont fait aujourd'hui leur entrée dans les villes de plus de 100 000 habitants. Nul ne peut douter qu'ils 'agit d'un phénomène d'envergure qui ne fait que commencer.

 

Source : Huffington Post

http://www.huffingtonpost.fr/corinne-lepage/resultats-municipales-2014-societe-civile_b_5019636.html

 

 

Lire la suite

Le Rassemblement Citoyen N°1 aux Municipales de Toulouse

21 Mars 2014, 13:41pm

Publié par Le RC-TMP

Le Rassemblement Citoyen N°1 aux Municipales de Toulouse

La N°1 est partie en pôle position pour la gagne dans la course au Capitole !

 

Notre affiche est la plus belle ! N° 1 oblige ! pic.twitter.com/UEMqVDY3pl

 

Notre tract est le plus percutant ! N°1 oblige !

http://data.over-blog-kiwi.com/0/75/52/43/20140315/ob_f8812b_flyer-b14.pdf

 

Notre Profession de Foi est la plus sincère. N°1 oblige ! http://le.rassemblement.citoyen.toulouse.midi-pyrenees.over-blog.com/2014/03/la-profession-de-foi-du-rassemblement-citoyen-pour-toulouse.html

 

Nos projets 100% possibles 100% nécessaires sont les plus concrets pour mieux vivre à #Toulouse N°1 oblige !

http://le.rassemblement.citoyen.toulouse.midi-pyrenees.over-blog.com/2014/01/le-rassemblement-citoyen-municipales-2014-toulouse.html#Pro

 

C'est pourquoi nous disons haut et fort : Que le meilleur d'entre nous gagne dimanche soir ! #Municipales #Toulouse

 

 

Nos concurrents s'organisent pour faire une haie d'honneur qu'ils réservent à @Belaubre2014 droit devant en direction du #Capitole

https://pbs.twimg.com/media/BjKCRvGCcAA0uoz.jpg

Lire la suite

Corinne Lepage : "La pollution ce n'est pas une affaire idéologique"

17 Mars 2014, 08:50am

Publié par Corinne Lepage

 
 

Corinne Lepage, ministre de l'Environnement entre 1995 et 1997, actuellement députée européenne, est à l'origine de la loi sur l'air de 1996. Cette loi a permis la mise en place de la circulation alternée, appliquée ce lundi. Est-il trop tard pour cette démarche ?

 

"C'est déjà ça", estime Corinne Lepage. "Cela aurait du être mis en place un peu plus tôt, mais je comprends les hésitations du gouvernement car cette loi sur l'air n'ayant jamais été appliquée, il est difficile de faire quelque chose qui peut apparaître brutale."

Abandonner sa voiture c'est bien, mais il faut avoir une solution de rechange ce qui n'est pas toujours le cas. "Elles existent insuffisamment, et il faut du transport collectif et il y a le covoiturage. C'est une question d'organisation et de lutte au quotidien contre la pollution atmosphérique parce qu'il n'y a pas que les voitures."

L'écologie punitive semble être la seule solution et on a l'impression que rien ne fonctionne si on ne verbalise pas. Le civisme ne fonctionne pas en matière d'écologie en France. "L'écologie les gens en ont ras-le-bol. Une écologie punitive appliquée à tous les domaines, les gens ne le supportent plus et ont l'impression qu'on leur restreint leurs libertés. Ils ont perdu de vue que ce qui est important c'est eux-mêmes et leur santé."

La santé et l'environnement n'ont jamais fait bon ménage. "Quand j'ai fait voter la loi sur l'air, le ministère m'avait aidé du bout des lèvres et encore je suis diplomate. La santé ne se sent pas concernée par les questions de prévention et de santé environnementale alors que c'est majeur. Nous aurions moins de coûts de sécurité sociale si nous avions une politique de prévention qui tienne la route. Ce qui est dommage c'est de faire de cela une question idéologique. La pollution ce n'est pas une affaire idéologique."

 

Source : France Infos

http://www.franceinfo.fr/entretiens/le-grand-temoin/corinne-lepage-la-pollution-ce-n-est-pas-une-affaire-ideologique-1353663-2014-03-17

Corinne Lepage : "La pollution ce n'est pas une affaire idéologique"

Corinne Lepage : "La pollution ce n'est pas une affaire idéologique"

Lire la suite

23 raisons pour décider les Abstentionnistes à voter le 23 mars

15 Mars 2014, 09:08am

Publié par Bruno Druille

Cet article sera mis à jour au fur et à mesure de la sortie des 23 raisons de voter que nous concocte notre ami Bruno de Toulouse.

Le combat pour mobiliser les abstentionnistes passe par Twitter :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Toulousaines et les Toulousains ont une chance formidable de faire sauter le système UMP & PS et de leurs lobbies qui se moquent de nous depuis bien trop longtemps

Les Toulousaines et les Toulousains ont une chance formidable de faire sauter le système UMP & PS et de leurs lobbies qui se moquent de nous depuis bien trop longtemps

Lire la suite

Où t'es TTIP?

10 Mars 2014, 10:04am

Publié par Corinne Lepage

Dans le cadre de la campagne qui débute, un certain nombre de candidats à commencer par Marine Le Pen semblent vouloir faire du virtuel accord de libre-échange un argument de campagne dont ils seraient les seuls à s'être emparé.

Revenons à la réalité : le 23 mai 2013, le Parlement européen a adopté une résolution en faveur d'un mandat pour négocier un accord de libre échange entre l'Union européenne et les Etats Unis. Adopté à 460 voix contre 105 avec 28 abstentions, le mandat donné a été d'une faiblesse inadmissible. Seule la mobilisation des artistes contre l'exception culturelle a été entendue. Rien en revanche des craintes exprimées par le monde agricole, sanitaire, environnemental. Et c'est bien dommage!

Pour les députés français, le vote était plus contrasté que pour l'ensemble des députés européens: 9 députés absents (4 EELV, 2S&D, 1EFD, 2PPE), 1 PPE n'a pas voté, 13 se sont abstenus (les 5 Modem et 8 S&D), 26 ont voté contre (12 EELV, 5GUE, 3 NI, 3 S&D, 2 PPE -qui ont corrigé leur vote et ont exprimé le fait d'être pour- 1 CAP21) et 25 PPE ont voté en sa faveur. Marine Le Pen n'est donc pas la seule à s'être opposée.

La Commission européenne a donc un mandat de négociation du Parlement européen et le Conseil en a fait de même de son côté. Une équipe de négociation a été mise en place pour mener à bien ce projet sous la tutelle du très libéral et atlantiste Karel de Gucht (suspecté dans son pays d'une fraude fiscale de 1,2 million d'euro). Huit députés (un par groupe politique) sont associés à la négociation. Il est normal que dans ce type de négociation, il y ait une certaine part de confidentialité dans les tractations.

En revanche, il est intolérable que le texte signé avec le Canada ne le soit pas. C'est d'autant plus grave que c'est le vrai sujet, qu'il est urgent et que la clause inacceptable sur le non recours aux juridictions nationales y figure.

S'agissant du TIPP, les pourparlers ont commencé en juillet 2013 et à ce jour, trois cycles de négociations ont eu lieu entre les États-Unis et l'UE. Le 4e tour aura lieu ce mois-ci. Des différends commerciaux avec les Etats Unis nous en avons eu, qu'ils soient entre Boeing et Airbus, les règles des services maritimes et portuaires ou sur le système ETS dans l'aviation. Ces négociations interviennent dans une période où, sur le plan mondial, le cycle de Doha est à l'arrêt et où des pays s'entendent de manière bilatérale.

Ce traité, s'il venait à être conclu, devrait être ratifié par le Congrès américain et par le Conseil et le Parlement européen (Traité de Lisbonne), donnant à la fois aux États membres et aux eurodéputés leur mot à dire dans le résultat final. Mais au-delà, il y a de très nombreux problèmes politiques. Le cadre des négociations est plus large que les compétences de l'Union et touche les compétences partagées avec les Etats. La logique veut donc que chacun des Etats membres doive ratifier l'accord sans amendements au risque de faire capoter l'accord. De leur côté les Etats-Unis sont face à la même problématique.

Interviennent dans ces dossiers des compétences fédérales mais aussi des compétences propres aux Etats. De même, la Constitution étatsunienne garantit l'indépendance, les pouvoirs et les compétences des agences fédérales (notamment la FDA). De surcroît, le Congrès américain refuse un accord en bloc et souhaite pouvoir déposer des amendements sur le texte, le vouant à un échec assuré.

Un autre problème commence à apparaitre comme le caractère contraignant des tribunaux arbitraux (ISDS) qui passe au-delà du droit commun pour dévier vers une justice privée. Le problème était déjà apparu avec les décisions de l'organe de gestion des différents de l'OMC. Mais il s'agissait encore d'un organe international. Or, là, à l'évidence, nos grands libéraux veulent aller très au-delà ce type de décision. Il est intéressant de voir que certains Etats aient demandé plus de précisions sur le sujet (ils devraient aussi demander le financement de ce type d'organe) retardant d'autant les négociations. La jurisprudence Aacta fait tellement peur à la Commission européenne qu'elle lance 3 mois de débat afin de désarmorcer la controverse. Cerise sur le gâteau: le projet reprendrait quasiment intégralement un texte que le Parlement européen a refusé, en l'occurrence l'Acta, ce qui est inacceptable.

Conclusion: et si le TIPP n'était qu'un leurre pour faire passer le traité de libre échange avec le Canada (mars 2013); si ce traité était signé, grâce à l'Alena, les Etats Unis bénéficieraient des avantages du traité sans pour autant que l'accord UE/Canada soit réellement débattu dans la société.

 

Source : Huffingtonpost

http://www.huffingtonpost.fr/corinne-lepage/ttip-europe_b_4932752.html

Lire la suite