Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

Articles avec #dans la presse

Elisabeth Belaubre entre en scène à Lafourguette

16 Février 2014, 21:11pm

Publié par Juliette Pousson

Elisabeth Belaubre sur scène à la salle des fêtes de Lafourguette le 14 février 2014 déclare son amour pour la démocratie
Elisabeth Belaubre sur scène à la salle des fêtes de Lafourguette le 14 février 2014 déclare son amour pour la démocratie

Elisabeth Belaubre sur scène à la salle des fêtes de Lafourguette le 14 février 2014 déclare son amour pour la démocratie

Le premier des cinq meetings de la candidate du Rassemblement Citoyen s’est déroulé vendredi soir. Un rendez-vous en petit comité.

5 meetings ? « Il faut en avoir envie et jouer le jeu » concède Elisabeth Belaubre. Le rendez-vous est fixé à la salle des fêtes de Lafourguette, vendredi 14 février. Peut-être est-ce l’effet de la Saint Valentin mais les médias ont boudé le discours de la candidate du Rassemblement Citoyen aux municipales. Déjà ignorée par le sondage BVA en janvier dernier, la candidature d’Elisabeth Belaubre peine à attirer les projecteurs. L’ambiance est conviviale et assez confidentielle à l’image de la campagne de la 3ème adjointe de Pierre Cohen.

Bises et poignées de mains, les invités arrivent au compte-goutte et entament les discussions. Sur près de 70 sièges, une trentaine sont occupés par les soutiens d’Elisabeth Belaubre. Les autres sont vacants. « Merci d’avoir répondu présents » lance la candidate, dont le chemisier blanc contraste avec la grande scène sombre qui l’entoure. « Pourquoi je me suis lancée dans cette aventure qui peut paraître surprenante pour une adjointe au maire ? Car je suis sûre que l’on peut faire mieux. »

Belaubre 14 février 2

Face à son public, la candidate insiste sur son expérience au Capitole

A la tribune, l’une des colistières entame alors la lecture d’une « chronique du Capitole ». Ces textes, écrits par la candidate et son époux à la manière d’un journal intime n’épargnent pas Pierre Cohen. Un moyen original aussi, pour la candidate d’illustrer aux travers d’exemples ses difficultés de cohabitation avec le maire socialiste. Au menu de la « chronique » lue vendredi soir et intitulée « La Rumba du Pinceau », son opposition à des travaux de peinture d’un incinérateur ; travaux qui auraient couté plus d’un million d’euros. « Je crois que cet argent aurait pu être utilisé différemment » explique celle qui se présente comme « l’adjointe qui met les pieds dans le plat. » Applaudissements nourris de la modeste assemblée.

 « Appuyer sur le bouton »

Au centre de la scène, Elisabeth Belaubre énonce les 11 axes de son programme tandis que le micro émet des ultrasons désagréables. « La technologie est contre moi ! » sourit-elle. Les ennuis techniques plus ou moins terminés, la candidate s’engage dans les propositions : « Si je suis élue, il suffit d’appuyer sur le bouton, et c’est en marche. » Le bio, les énergies renouvelables, les rapports entre le maire et les Toulousains à changer, ou encore l’usine Herakles à déménager, la candidate enchaîne et insiste sur son expérience et sa connaissance des dossiers. Pierre Cohen en prend pour son grade. Les relations entre la candidate et le maire ne sont pas au beau fixe : « Il ne m’a pas saluée au dernier Conseil municipal, et a confié un projet qui devait me revenir à une autre personne. »

Elisabeth Belaubre s’arrête après plus d’une heure de discours. Faute de presse, c’est directement avec ses soutiens qu’elle se prête au jeu des questions-réponses. Premier meeting terminé pour la candidate aux municipales, et une liste de colistiers qui reste toujours à finaliser. Seuls six d’entre eux sont présents, dont Vincent Belaubre, son époux. « Vous comprenez bien que je n’ai pas pu rester à côté et ne rien faire. Sa candidature a bouleversé toute la maison », termine-t-il en riant au milieu de la petite assistance. « Intègre », sans doute le mot qui revient le plus à la bouche des sympathisants d’Elisabeth Belaubre quand ils parlent de « leur » candidate.

Place aux jus d’orange et aux remerciements. Entre famille et amis, principalement.

Juliette Pousson

 

Source : Capitole(s) 2014

http://capitole2014.com/2014/02/16/elisabeth-belaubre-entre-en-scene-a-lafourguette/

Lire la suite

Rassemblement citoyen : Elisabeth Belaubre insiste

15 Février 2014, 10:15am

Publié par Sébastien Marti

Elisabeth Belaubre devant le local du 27 Rue Palaprat
Elisabeth Belaubre devant le local du 27 Rue Palaprat

Elisabeth Belaubre devant le local du 27 Rue Palaprat

Elisabeth Belaubre fait de la résistance. Snobée par les sondeurs - son nom n’apparaissait même pas dans la dernière enquête BVA -, tournée en dérision par ses homologues du conseil municipal et ses anciens amis d’Europe Ecologie-Les Verts, la troisième adjointe au maire de Toulouse s’arc-boute à la campagne électorale. Certes, l’égérie locale du Rassemblement citoyen de Corinne Lepage n’est pas encore en mesure de présenter une liste de 69 noms - «Je suis en train de la compléter» concède-t-elle. Mais elle a ouvert un local de campagne, rue Palaprat, propose un programme et annonce un meeting le 11 mars salle du Sénéchal avec Corinne Lepage et une réunion publique le 19 mars avec Coline Serreau, la réalisatrice de «La Crise» et de «La Belle Verte», marraine du réseau «Pour une restauration collective saine et savoureuse» (2RC2S).

Ses critiques de l’action politique locale, Elisabeth Belaubre les consigne dans ses «Chroniques du Capitole», des textes satiriques comme «La Petite cuillère dans la piscine», sur la pollution au perchlorate de la Garonne, ou «La Rumba du pinceau», récit des rejets de l’incinérateur du Mirail.

Elle annonce trente-six «projets concrets pour Toulouse» comme la restauration scolaire en 100 % bio ; le maillage des quartiers de Toulouse et de l’agglomération par un service de microbus à la demande ; le déménagement de l’usine Héraklès (ex-SNPE) ; ou la réinstallation des concierges dans les bâtiments sociaux. Elle trouve aussi «choquant que les places du théâtre du Capitole ne soient accessibles qu’à une minorité de privilégiés», le théâtre étant «fortement subventionné». Aussi propose-t-elle la gratuité de 50 % des places du Capitole et de la Halle aux Grains. Elle parle de relancer le projet de studios de cinéma, «à Francazal ou ailleurs». Et se rêve en arbitre de l’entre deux-tours : «Si je gagne beaucoup de voix, Pierre Cohen sera obligée de négocier avec moi…»

Sébastien Marti

 

Source : La Dépêche

http://www.ladepeche.fr/article/2014/02/15/1818667-elisabeth-belaubre-insiste.html

 

Lire la suite

On parle de notre équipe sur France bleu

15 Février 2014, 09:28am

Publié par France Bleu

On parle de notre équipe sur France bleu

Pour ce deuxième numéro on passe à la moulinette des événements de campagne à Toulouse et à Colomiers avec nos confrères Hélène Ménal journaliste à 20Minutes et Pascal Pallas chef d'édition de la Voix du Midi à Toulouse.

Au sommaire :

La sortie de Christian Raynal, ancien patron du RPR haut-garonnais , conseiller municipal UMP sortant qui annonce qu'il va voter pour Pierre Cohen. 

Jean-Luc Moudenc, candidat UMP à la mairie de Toulouse patine un peu dans sa 3eme ligne de métro. Pourquoi?

A Colomiers : 3 listes à gauche, une à droite. Après la victoire d'EELV aux cantonales en 2011, la guerre de succession peut-elle écarter les héritiers de Bernard Sicard de l'hôtel de ville?

Et puis comme tous les vendredis : le baromètre France Bleu. Les listes écologistes toulousaines font le buzz cette semaine

Réécoutez l'emission ici :

 

 

 

On fait mention de ce tweet :

 

 

 

 

 

Lire la suite

Elisabeth Belaubre : « Si je suis première, je ne suis pas sûre de prendre Pierre Cohen avec moi ! »

12 Février 2014, 12:07pm

Publié par Thomas Simonian

http://www.lejournaltoulousain.fr/wp-content/uploads/2014/01/Belaubre_11-300x199.jpgLa candidate du « Rassemblement Citoyen » était l’invitée du « Spécial Municipales » dimanche dernier sur Radio Kol Aviv.

 

Ses phrases chocs :

 

« Pendant tout le mandat, je n’ai cessé de faire remarquer à Pierre Cohen qu’il n’allait pas assez loin »

 

« Je veux dire aux Toulousains que si l’on ne va pas assez loin, ce n’est pas faute de moyens »

 

« Je n’ai jamais fait de risettes à Pierre Cohen ; j’ai toujours été la fille qui mettait les pieds dans le plat »

 

« On peut faire beaucoup mieux, Pierre Cohen n’a pas fait ce qu’il devait faire »

 

« Antoine Maurice récite très bien ses leçons d’écologie politique »

 

« Transports : Les projets que nous faisons sont trop chers »

 

« Pour le deuxième tour, si je suis première, je ne suis pas sûre de prendre Pierre Cohen avec moi ! »

 

Propos recueillis par Gérald Benarrous, Jean-Luc Halimi et Thomas Simonian

 

Retrouvez le podcast : http://www.edjt.org/dewplayer/podcast-grand-plateau.html

 

 

Source : Le Journal Toulousain.fr

 

http://www.lejournaltoulousain.fr/politique/elisabeth-belaubre-si-je-suis-premiere-je-ne-suis-pas-sure-de-prendre-pierre-cohen-avec-moi-31902

Lire la suite

Les candidats aux municipales apportent leur soutien aux salariés du Journal Toulousain

6 Février 2014, 11:23am

Publié par Toulouse Infos

La salle Osète et le comité de soutien du Journal Toulousain le mercredi 5 février 2014

La salle Osète et le comité de soutien du Journal Toulousain le mercredi 5 février 2014

Un peu plus d’une semaine après l’annonce de sa création, le comité de soutien aux salariés du Journal Toulousain a été officiellement lancé ce mercredi soir. Accompagnés de leurs éditorialistes et chroniqueurs et soutenus par quelques confrères, les salariés ont aussi pu compter sur la présence de représentants des neufs listes engagées dans l’élection municipale Toulousaine.

 

Ils étaient entre 120 et 150 journalistes et politiques à être présents ce mercredi soir, salle Osète Duranti, pour apporter leur soutien aux salariés du Journal Toulousain. Dans le flou le plus total depuis l’interpellation et la mise en détention provisoire de leur patron, Marcial Layani, pour « escroquerie en bande organisée », « association de malfaiteurs » et « blanchiment », les salariés du journal créé il y a 18 ans par André Gallego, se battent depuis plus d’une semaine pour leur salaire mais également pour assurer l’avenir du média. « Nous espérons que le journal puisse reparaitre avant les élections », déclare Stéphane Baumont, chroniqueur et porte-parole du comité de soutien. « Nous sommes là pour défendre plus que nos emplois », assure le coordinateur de la rédaction, Thomas Simonian qui s’inquiète pour « l’avenir d’un titre qui a su s’imposer à Toulouse en donnant la parole à tout le monde ». Ainsi, Marc Sztulman, colistier de Pierre Cohen, Remi Vincent, membre de la Coordination départementale du Parti de gauche et Yoann Rault-Wita, Porte-parole des Jeunes Pop 31, tous les trois chroniqueurs, étaient présents pour apporter leur soutien aux salariés et au journal. « Sans information, il n’y a pas de démocratie, et sans information locale, il n’y a pas de démocratie locale. La perte d’un journal affadie et affaiblie la démocratie locale », résume Marc Sztulman.

 

Des soutiens, mais de rares solutions

Invités par les salariées du Journal Toulousain et de la holding Citizen K, de nombreuses personnalités politiques étaient présentes pour « défendre la pluralité de l’information à Toulouse ». Ainsi, Marie Déqué, François Briançon, Patrick Jimena, Elisabeth Pouchelon, Laurence Massat, Philippe Lasterle, Alexandre Marciel, Jean-Luc Lagleize, Giselle Verniol, Isabelle Hardy, Laurence Arribagé ou encore Sacha Briand était présents aux côtés des principales têtes de liste (ou de leurs représentants) engagées dans l’élection municipale Toulousaine. « Je suis très inquiet de la situation de la presse locale. Arrêt du site Carré d’info, difficultés de TLT,  arrêt de Toulouse mag… J’ai un attachement fort à une presse tonique et indépendante et je souhaite que vive longtemps le Journal Toulousain », lance Antoine Maurice, tête de liste « Toulouse Vert Demain ». Sans réellement apporter de solutions, les têtes de liste où leurs représentants ont tous et toutes rappelé leur attachement à la « pluralité de la presse » et à la « liberté d’expression ». « Solliciter l’argent public n’est pas une solution, mais nous allons étudier les moyens de vous aider dans le cadre de l’économie sociale et solidaire », promet le maire sortant, Pierre Cohen. De son côté, Elisabeth Belaubre, candidate du Rassemblement citoyen, propose « une meilleure répartition des budgets communication entre les journaux pour soutenir les petites structures ».

Une proposition reprise plus énergiquement en fin de débat par Patrick Jimena, candidat EELV à Colomiers. « La Dépêche du Midi est-il un journal privé ? », lance le conseiller général avant de répondre par la négative. « À travers les achats d’espaces publicitaires, les annonces légales et les publireportages achetés par les collectivités, ce journal est largement financé par l’argent public », note le militant écologiste qui propose également « une meilleure répartition des budgets communication de la part des collectivités locales ».

 

Source : Toulouse infos

http://www.toulouseinfos.fr/index.php/actualites/societe/10319-les-candidats-aux-municipales-apportent-leur-soutien-aux-salaries-du-journal-toulousain.html

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>