Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

Articles avec #dans la presse

Elisabeth Belaubre ressort le fantôme AZF du placard

19 Février 2014, 10:48am

Publié par Stephane Thépot

Elisabeth Belaubre avec Corinne Lepage à Toulouse en 2013

Elisabeth Belaubre avec Corinne Lepage à Toulouse en 2013

La candidate de Corinne Lepage réclame le déménagement de l’ancienne usine SNPE de Toulouse

« Petite » candidate mais grand tabou. Elisabeth Belaubre, 160 cm sous la toise, a pris la plume pour s’indigner d’être ignorée des sondages et des médias. L’ancienne adjointe écolo de Pierre Cohen, qui a déserté les rangs d’EELV pour tenter de constituer une liste sous la bannière de la nouvelle formation politique de Corinne Lepage, n’a pas été prise en compte par l’institut BVA mesurant à la mi-janvier les intentions de vote des Toulousain(e)s pour le compte de Radio-France et du Parisien. Furtive comme un SNLE (sous-marin nucléaire dans la terminologie militaire), la candidate invisible dissimule pourtant une terrifiante arme de destruction massive dans son programme.

plus saugrenue que le « train volant » sorti des studios Disney ?

Contrairement à Jean-Pierre Plancade, autre candidat dissident qui a fait « le buzz » sur TF1 en dépit – ou à cause – du score microscopique (1%) promis par BVA, Mme Belaubre n’a pas eu l’heur de susciter un grand intérêt journalistique jusqu’à ce jour. Il est vrai que sa mesure-phare est nettement moins « glamour » qu’un « train volant » électromagnétique sorti tout droit de l’usine à rêves de la NASA ou des studios Disney. La représentante locale de l’ex-ministre de l’Environnement d’Alain Juppé et Jacques Chirac a l’idée bien plus saugrenue de réclamer haut et fort le déménagement de la dernière usine chimique toulousaine encore présente sur les rives de la Garonne.

Les carburants d’Ariane et des missiles nucléaires

Rescapée de l’explosion de sa voisine AZF, l’ancienne usine de la SNPE (société nationale des poudres et explosifs) fabrique les carburants de la fusée Ariane, des satellites… et des missiles nucléaires de l’armée française. De Toulouse à Bordeaux, on retrouve la trace de cette production stratégique jusque dans l’eau de la Garonne et les nappes phréatiques. Les fuites de perchlorate sont désormais colmatées, assure le directeur de l’usine toulousaine à la candidate écolo. Mais les risques d’explosion et de pollution, même réduits et confinés au prix de lourds investissements consentis par le groupe Safran-Heraklès, nouveau propriétaire de la SNPE, demeurent.

oublier progressivement Seveso

Le commissaire-enquêteur chargé de l’enquête publique sur le nouveau périmètre de sécurité établi autour de l’usine vient toutefois de donner un avis favorable au maintien de l’activité de l’usine à proximité du « Cancéropole » qui a poussé à la place d’AZF. « Il ne reste plus qu’à poursuivre les efforts qui permettront au public d’oublier progressivement qu’il cohabite avec un site Seveso seuil haut », écrit Louis Lasserre dans son rapport. L’amnésie comme solution préconisée aux traumatisés d’AZF, il fallait oser ! M le commissaire l’a fait…

Les réserves de Pierre Cohen

Interrogé sur l’île du Ramier où le maire sortant avait tenu à convoquer la presse pour vanter sa politique en faveur du « développement durable », Pierre Cohen partage l’idée qu’il faut maintenir l’usine sur les bords de la Garonne au nom de considérations « stratégiques ». « Je ne veux pas dépendre des USA pour l’accès au ciel et à l’espace », déclare Pierre Cohen. Le maire de Toulouse a donné un avis favorable au plan de prévention des risques de l’usine, contrairement à ses anciens colistiers écologistes et à son ami socialiste Pierre Izard, président du département. Il défendait déjà cette ligne politique en 2001. Alors député et maire de Ramonville, l’ancien compagnon de route de Jean-Pierre Chevènement plaidait pour le maintien de la SNPE à Toulouse auprès de Lionel Jospin à Matignon.

Le Bikini plus exposé que le soldat inconnu de Lepage

La tête de liste du PS n’ajoute qu’un ultime codicille aux réserves de détail émises lors du vote de la délibération au conseil municipal du 21 juin dernier. « Il faut évidemment que l’entreprise contiennent ses risques à l’intérieur d’un périmètre qui ne concerne plus que deux ou trois cas », précise Pierre Cohen. Une attention qui ira sans doute droit au cœur du propriétaire de l’ancien Bikini, la mythique boîte de nuit du chemin des Etroits soufflée par l’explosion de l’usine située sur l’autre rive du fleuve. Hervé Sansonetto, qui a déménagé sa salle de concert au bord du canal à Ramonville mais réside toujours face à l’usine, figure une nouvelle fois en dernière position sur la liste du maire de Toulouse. Une place plus exposée que les tresses du soldat inconnu de Mme Lepage à Toulouse et sa liste « invisible » ?

 

Source : Carré d'info

http://canalcapitole.carredinfo.fr/2014/02/19/elisabeth-belaubre-ressort-le-fantome-azf-du-placard/

 

 

Lire la suite

Municipales à Toulouse : à gauche, les candidatures se multiplient

18 Février 2014, 17:45pm

Publié par Alexandre Léoty

Sandra Torremocha, Ahmed Chouki et Élisabeth Belaubre

Sandra Torremocha, Ahmed Chouki et Élisabeth Belaubre

Au même titre que les deux grands favoris, ils se sont lancés dans la bataille des municipales à Toulouse. Le point sur les candidatures récentes d’Élisabeth Belaubre (Rassemblement citoyen), Sandra Torremocha (Lutte Ouvrière) et Ahmed Chouki ("¡ Toulouse en Marche !").

Ils ont deux points communs. Ils se situent à gauche de l’échiquier politique - voire à l’extrême gauche, pour certains d’entre eux - et se sont lancés tout récemment dans la bataille des municipales toulousaines. Mais les ressemblances s’arrêtent là. C’est sous les couleurs du Rassemblement citoyen, mouvement politique qu’elle a contribué à fonder aux côtés de Corinne Lepage, qu’Élisabeth Belaubre a choisi de faire campagne. Un choix mûrement réfléchi pour celle qui a travaillé durant six ans au sein de l’équipe de Pierre Cohen, en qualité de troisième adjointe déléguée à l’environnement, à la santé, à la restauration, à la régie agricole et aux relations avec la chambre d’agriculture. "Cette campagne n’est pas une balade, mais un engagement très fort, assure-t-elle. Durant tout le mandat de Pierre Cohen, je me suis énormément investie. De cette expérience, je ressors confortée dans mon idée que la politique sert réellement à quelque chose."

L’élue ne cache cependant pas son amertume. "J’ai multiplié les propositions et les projets, et à chaque fois, le maire ne m’a pas entendue, regrette-t-elle. On ne m’a pas accordé la confiance nécessaire. Nous pouvions faire beaucoup plus..." Désormais candidate, Élisabeth Belaubre souhaite proposer "une politique concrète de projets, notamment dans les domaines des transports, de la culture et de l’éducation". Si, en cas de réélection du maire sortant, la candidate se dit "prête à travailler avec lui", elle assure être entrée en campagne "pour gagner".

"Manifester notre riposte à la hauteur des attaques"
À la gauche de la gauche, deux nouvelles candidatures ont également été officialisées récemment : celle de Sandra Torremocha (Lutte Ouvrière) et celle d’Ahmed Chouki ("¡ Toulouse en Marche !", liste composée de l’Issue des sans voix, du NPA, de la République du cœur, du collectif Force citoyenne et de militants associatifs et syndicaux). Pour Sandra Torremocha, se lancer en campagne relève de l’ "évidence". "Face aux attaques contre le monde du travail, aux licenciements et à l’action du gouvernement, les travailleurs doivent avoir la possibilité d’exprimer leur colère, estime-t-elle. Nous devons réagir de façon collective. Les licenciements pleuvent tous les jours, même à Toulouse. Nous devons manifester notre riposte à la hauteur des attaques que nous recevons."

De son côté, Ahmed Chouki, à la tête de la liste "¡ Toulouse en Marche !", souhaite représenter "les quartiers", dont il est originaire, mais pas seulement. "Je suis un habitant de la Reynerie et c’est là que j’ai grandi, confie-t-il. Mais, impliqué depuis plusieurs années dans la vie associative, j’ai fait le constat qu’il fallait apporter des solutions plus globales. C’est pourquoi j’ai décidé de descendre dans l’arène politique. Afin de porter les revendications des quartiers populaires tout en proposant des solutions qui englobent l’intégralité de la ville." Faisant le constat d’une "iniquité de traitement sur le territoire", le candidat, qui ne se réclame d’aucun parti, plaide pour davantage de codécision et d’action participative.

Une réserve de voix pour Pierre Cohen ?
Le phénomène de la multiplication des listes de gauche et d’extrême gauche est encore plus marqué qu’en 2008. Face au PS et à Europe Écologie-Les Verts, il faut désormais compter sur ces trois nouveaux candidats, mais aussi sur Jean-Christophe Sellin ("Place au peuple" avec le Front de gauche) et sur l’ex-PS et ex-PRG Jean-Pierre Plancade, qui se présente sans étiquette à la tête d’une liste plurielle, mais se définit lui-même comme "un homme de gauche, un radical-socialiste". Cet éclatement des listes de gauche ne pourrait-il pas constituer une précieuse réserve de voix au second tour pour Pierre Cohen ? "Tout ce que je répondrais, c’est que cela permet une dynamique évidente", glisse le maire sortant.

 

Source  : ObjectifNews

http://www.objectifnews.com/Politique/municipales-toulouse-chouki-belaubre-torremocha-cohen-plancade-sellin-18022014

Lire la suite

Municipales : on l'appelait « Madame Belaubre »

18 Février 2014, 12:43pm

Publié par Guillaume Truilhé

Elisabeth Belaubre le 14 février 2014 au 27 rue Palaprat Toulouse

Elisabeth Belaubre le 14 février 2014 au 27 rue Palaprat Toulouse

Tête de liste aux élections municipales de Toulouse pour Le Rassemblement Citoyen, Elisabeth Belaubre a présenté en détail les 11 points de son programme. Oubliée par les sondages, raillée par ses anciens amis Verts et incapable de boucler sa liste, la candidate s'accroche à ses illusions : « Si je suis bien placée au premier tour, Pierre Cohen sera obligé de négocier avec moi ».

 

« Changer de gestion, d'ambition et de relation (entre les élus et les Toulousains) », voilà en trois mots le projet de la tête de liste du Rassemblement Citoyen. Explicité en 11 points et 36 projets concrets, ce projet « répond aux attentes des Toulousains », s'enthousiasme la troisième adjointe au maire en charge de la santé environnementale et de la restauration. Non conservée par Pierre Cohen pour la prochaine mandature, la candidate de « l'écologie politique », tente d'exister et d'imposer ses idées malgré un budget de campagne très restreint. « Nous avons 5000 euros », avoue cette dernière qui, en plus de son local de campagne, va devoir financer trois réunions publiques et deux meetings d'ici le 23 mars prochain. « Le 11 mars, la présidente du Rassemblement Citoyen, Corine Lepage, viendra nous soutenir, et le 19 mars, c'est la réalisatrice et marraine du réseau 'Pour une restauration collective saine et savoureuse', Coline Serreau qui sera à Toulouse », détaille la candidate qui semble vouloir aller jusqu'au bout malgré ses difficultés à boucler sa liste. « Je suis en train de la compléter », confesse-t-elle avant de s'emporter sur l'importance de sa candidature. « Au capitole, j'avais un beau bureau qui donnait sur la place, j'étais respectée, on m'appelait Madame Belaubre... j'aurais pu rester bien au chaud ». Mais rattrapée par ses convictions : restauration scolaire 100% bio, création d'une école de maraichage bio, réduction des ondes des antennes-relais, l'adjointe ne s'est pas vue proposer de place par le maire sortant. Vexée par cette décision, elle espère être bien placée au premier tour, « comme ça Pierre Cohen sera obligé de négocier avec moi ».

 

Et les idées alors ?

« Maillage des quartiers avec des microbus en arrêt à la demande, arrêt des vols de nuit entre minuit et 6h du matin, restauration scolaire 100% bio, passage en régie municipale de l'eau et arrêt immédiat du traitement de l'eau potable aux sels d'aluminium, déménagement de l'usine Héraklés, création de 10 000 jardins partagés ou familiaux en ville... », la candidate ne manque pas d'idées. « Je souhaite également que 50% des places du Théâtre du Capitole et de la Halle aux grains soient gratuites sur inscription », annonce la tête de liste du Rassemblement Citoyen qui soulève que « 90% de leur fonctionnement est assuré par l'argent public ». Enfin, encore adjointe pour un peu plus d'un mois, Elisabeth Belaubre veut mettre de l'ordre dans certaines dérives qui font perdre des fortunes à la collectivité. « Il faut obliger les élus à négocier fermement le prix et refuser les avenants dans les marchés publics pour en finir avec les gaspillages », termine la candidate qui consigne toutes les anomalies rencontrées depuis six ans dans ses « Chroniques du Capitole », accessibles sur son site internet.

Guillaume Truilhé

 

Source : Toulouse Infos

http://www.toulouseinfos.fr/index.php/actualites/une/10394-municipales-toulouse-elisabeth-belaubre-presente-son-programme-.html

 

Lire la suite

Municipales 2014 : Elisabeth Belaubre veut « rendre possible ce qui est nécessaire » à Toulouse

17 Février 2014, 21:23pm

Publié par Audrey Sommazi

Elisabeth Belaubre en conférence de presse le 14 février 2014 au 27 rue Palaprat Toulouse

Elisabeth Belaubre en conférence de presse le 14 février 2014 au 27 rue Palaprat Toulouse

La troisième adjointe au maire en charge de la santé environnementale et de la restauration scolaire mène campagne pour les municipales au nom du Rassemblement citoyen, mouvement fondé par Corinne Lepage.

 

La liste du Rassemblement citoyen n’est pas bouclée. Elle devrait l’être au 6 mars, date à laquelle les candidats déposent leurs 69 noms, a assuré Elisabeth Belaubre confiante, la candidate au fauteuil de maire. Ce vendredi 14 février, elle a convié la presse pour présenter une trentaine de « projets concrets », quelques heures avant son premier meeting dans le quartier de Lafourguette. « Toulouse est une ville de riches. Il faut arrêter le grand gaspillage et se concentrer sur les priorités », a-t-elle martelé, avant d’épingler le bilan de la mairie sortante. Cette dernière « a pensé au rayonnement international de Toulouse mais a oublié ses habitants ».

Elisabeth Belaubre envisage alors « de changer les relations entre les élus et les Toulousains, de changer de gestion, de changer d’ambition pour le mieux vivre et pour l’emploi ». Néanmoins, si elle n’est pas élue, elle vise le poste d’adjointe à l’éducation dans l’équipe… de Pierre Cohen. « Le maire sortant sera obligé de me faire des appels du pied. On discutera sérieusement et il fera amende honorable sur les 30 points », affirmait-elle.

Transports et repas bio au programme

Dans cette course pour le Capitole, les transports occupent une large place dans les débats actuels. « Ecologiste convaincue », Elisabeth Belaubre, qui a claqué la porte à EELV en raison de « l’inertie de son exécutif », prône le développement des transports en commun dans son programme dont le slogan est « Rendre possible ce qui est nécessaire ». « Contrairement au métro et au tramway qui sont long à réaliser et coûteux, un maillage de microbus de neuf places, peu polluants, dans les quartiers et les villes environnantes permettrait aux Toulousains de rejoindre une station de métro ou de tram, et donc de désengorger le périphérique ».

De plus, celle qui, au cours de son mandat de 3e adjointe chargée de la santé environnementale et de la restauration scolaire, a introduit 33 % de produits bio dans les cantines a estimé que ce bilan était « très satisfaisant », mais insuffisant. « Nous aurions duû arriver à 100%. Aussi, je m’engage à créer une légumerie dans chaque cuisine pour la préparation de repas avec des produits frais et bio ». De fait, elle relancerait « la ceinture maraichère bio autour de Toulouse, pourvoyeuse d’emplois.
Audrey Sommazi

 

Source : ToulEco

http://www.touleco.fr/Municipales-Elisabeth-Belaubre-veut-rendre-possible-ce-qui-est,12806

 

Cet article a fait l'objet de commentaires, dont celui-ci :

 

Le 18 février à 10:44 , par Belaubre

 

Bonjour, et merci pour votre article.
 

Je n’ai jamais pensé que Toulouse était « une ville DE riches ». Ce que je dis c’est que Toulouse est une VILLE RICHE.
Et le contenu même du texte que vous présentez montre bien que mon soucis est que cette ville riche ne se préoccupe pas assez de ses habitants. Les moyens que la ville dépense au rayonnement économique international de quelques filières pré-sélectionnées (aérospatiale, aéronautique, etc.) doivent être réorientées vers une économie locale non délocalisable au service du développement de l’emploi pour tous les projets créateurs de PME et TPE.
C’est à cela que la ville doit se consacrer. L’emploi est une priorité que nous portons au coeur de l’ensemble de nos projets.

 

Elisabeth Belaubre

 

Lire la suite

Elisabeth Belaubre balance !

17 Février 2014, 17:38pm

Publié par Coralie Bombail

Elisabeth Belaubre en conférence de presse le 14 février 2014

Elisabeth Belaubre en conférence de presse le 14 février 2014

La candidate Rassemblement citoyen, Elisabeth Belaubre, a présenté vendredi les grands axes de son projet, avant de s’exprimer lors de sa première réunion publique. L’ancienne adjointe au maire en a profité pour sortir quelques cadavres des placards du Capitole…

Elisabeth Belaubre ne décolère pas. Evincée par Pierre Cohen de la liste socialiste and co, elle est déterminée à aller jusqu’au bout de cette campagne. Même si les 69 noms ne sont pas encore trouvés, et malgré un budget très limité : «Nous avons réuni une somme de 5000 euros pour débuter, puis s’il faut abonder, on abondera», lance-t-elle. Peu importe les moyens, Elisabeth Belaubre et son équipe ont «beaucoup d’énergie», et une foi à toute épreuve : «Si je ne suis pas élue maire, j’espère être adjointe à l’éducation», prévoit-elle en imaginant déjà les discussions d’entre-deux-tours et en supposant la victoire du maire actuel. «Il y aura tellement de gens qui vont voter pour moi que Pierre Cohen n’aura pas le choix, il devra me reprendre», s’énerve-t-elle avant de poursuivre : «J’avais un bureau avec une vue magnifique sur le Capitole. Quand j’arrivais, on m’appelait “Madame Belaubre”. Oui j’étais au chaud, et ça ne m’a pas empêché de contrer Pierre Cohen.» Aujourd’hui, elle n’a qu’une idée en tête : intégrer la prochaine majorité afin de défendre ses idées.

Des microbus, une culture accessible, et des repas scolaires 100% bio

Le projet d’Elisabeth Belaubre se traduit en «une trentaine d’actes concrets réalisables tout de suite.» Parmi les priorités, favoriser l’agriculture biologique locale et instaurer une restauration scolaire 100% bio (aujourd’hui à 33%, ndlr). La culture occupe également une place de choix dans le projet de la candidate, avec notamment la mise en gratuité de la moitié des places du théâtre du Capitole et de la Halle aux Grains. Au niveau des transports, Elisabeth Belaubre propose de venir à bout des embouteillages grâce à «un maillage complet» de microbus, qui desservirait à la fois les quartiers de Toulouse et les villes périphériques. Elle compte en outre, «redonner une place aux vélos», avec un service de location «très bon marché» pour les jeunes, dans l’objectif d’être plus «pratique» et plus «accessible» que le VéloToulouse.

Dans un tout autre domaine, elle souhaiterait relancer le projet de studios de cinéma à Toulouse, « dans le cadre de la diversification économique » de la ville. Au moment de l’affaire, elle s’est «inquiétée» de voir Pierre Cohen peu «emballé» par le projet.

Chroniqueuse de choc

En présentant son projet, Elisabeth Belaubre en a profité pour raconter quelques anecdotes de ses six années passées au Capitole, «des anomalies auxquelles j’ai été confrontée», précise-t-elle. Sur son site internet, elle a publié des “chroniques du Capitole”, où l’on retrouve l’histoire de l’usine Herakles (dont elle propose le déménagement) qui «déverse chaque jour 1kg de perchlorate dans la Garonne» entre autres récits de mésaventures…

Difficile d’y voir clair dans la posture d’Elisabeth Belaubre, elle qui balance sur la municipalité actuelle, elle qui s’est (selon ses dires) souvent opposée au maire, mais qui n’a jamais songé à démissionner et mieux, se bat aujourd’hui pour retourner œuvrer auprès de lui dans sa potentielle future majorité… Tout en affirmant à qui veut l’entendre, qu’en cas de victoire, elle «n’est pas sûre de reprendre Pierre Cohen» dans son équipe. Comprendra qui pourra.

Coralie Bombail

 

Source : le Journal toulousain.fr

http://www.lejournaltoulousain.fr/politique/elisabeth-belaubre-balance-32151

 

 

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>