Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

[Interview] Présidentielle 2017. En Haute-Garonne, les soutiens d'Emmanuel Macron repartent en campagne

7 Janvier 2017, 12:19pm

Publié par Anthony Assemat

À 26 ans, Mickaël Nogal compte déjà plus de 3 500 adhérents dans le mouvement En Marche en Haute-Garonne

À 26 ans, Mickaël Nogal compte déjà plus de 3 500 adhérents dans le mouvement En Marche en Haute-Garonne

Samedi 7 janvier, le mouvement d'En Marche Haute-Garonne reprend la campagne sur le marché de Revel, au sud-est de Toulouse. Rencontre avec Mickaël Nogal, le référent de Macron.

Côté Toulouse. Samedi 7 janvier 2017, après la parenthèses des fêtes, vous reprenez la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron en Haute-Garonne par une opération de terrain sur le marché de Revel. Êtes-vous optimiste pour cette année 2017 ?

Mickaël Nogal. Tout le mois de janvier, nous allons mener des opérations de terrain dans le monde rural de la Haute-Garonne, avant une restitution début février. Nous nous devons d’être à l’écoute du monde rural et de recueillir le sentiment de tous les Français. Nous rencontrerons les gens dans ce marché, qui est l’un des plus beaux de France, et nous ferons du porte-à-porte.

Dans le département, dans la métropole et dans les autres communes, nous sommes présents partout.

C.T. Justement, combien d’adhérents compte le mouvement à l’heure actuelle ?

M.N. Au niveau national, En Marche, qui a été créé en avril 2016, compte près de 130 000 adhérents.

En Haute-Garonne, nous sommes plus de 3 500. C’est pas mal en si peu de temps, dans un fief socialiste et alors qu’Emmanuel Macron n’est officiellement candidat que depuis trois mois !

Le référent haut-garonnais d'En Marche en compagnie d'Emmanuel Macron lors de la visite de ce dernier à Futurapolis, en novembre 2016 (Photo : Kévin Figuier)
Le référent haut-garonnais d'En Marche en compagnie d'Emmanuel Macron lors de la visite de ce dernier à Futurapolis, en novembre 2016 (Photo : Kévin Figuier)

On a voulu faire croire qu’il était une bulle médiatique, or c’est l’inverse qui se produit. Et ces 3 500 personnes font aussi bien campagne sur le terrain que dans les réseaux sociaux.

Nous avons également créé une soixantaine de comités, dont nous dévoilerons le nom des représentants mi-janvier 2017, répartis sur tout le territoire dans le Comminges, le Lauragais, où nous avons des centaines d’adhérents…

La dynamique est en notre faveur, ce que confirme un dernier sondage qui place Emmanuel Macron au deuxième tour selon différents scénarios.

C.T. Le 10 décembre 2016, vous étiez au meeting de lancement de la campagne de Macron. Quelles ont été vos impressions ?

M.N. Il a réuni 15 000 personnes, et la moitié de ces personnes assistaient pour la première fois à un meeting politique. Un public qui correspondait au profil de nos adhérents, qui sont à 70% des primo-engagés.

Il dépasse les clivages droite-gauche, qu’il juge obsolètes, mais s’appuie sur un socle de valeurs progressistes à l’opposé du conservatisme de François Fillon, le candidat de la droite.

C.T. Le dépassement de ce clivage fait écho à la percée de François Bayrou en 2007 lors de la création du Modem. Or, ce dernier n’a jamais réussi à concurrencer la gauche et la droite…

M.N. À la différence que François Bayrou se situe entre la gauche et la droite.

Nous, nous sommes au-dessus de la mêlée, hors partis, avec un discours de rassemblement hors appareils politiques, où le débat d’idées n’existe pas. Les partis traditionnels ont trop enfermé leurs propres militants dans des postures politiciennes et leur sectarisme m’attriste.

Chez nous, des adhérents de tous les partis nous ont rejoints, qu’ils soient du PS, du centre, des Républicains, des cadres de l’UDI…

C.T. Vous êtes un ancien militant du Parti socialiste. Comment se passent les relations avec le PS ?

M.N. Je suis entré au MJS (Mouvement des jeunes socialistes, ndlr) en 2006 puis j’ai intégré la section PS de Colomiers en 2008. Je suis parti fin 2015 car je fais partie des déçus du quinquennat de François Hollande. Des sujets comme la déchéance de nationalité ont divisé les Français.

Aujourd’hui, je défends mes convictions librement. En 2011, on était surtout en campagne contre Nicolas Sarkozy. En 2017, je fais campagne pour Emmanuel Macron et un projet. Il faut avoir plaisir à défendre nos idées plutôt d’arrêter de dire qu’il faut éviter le pire. Ces gens-là ne proposent rien ! Macron n’est pas dogmatique et parle de la réalité des Français.

Je prends pour exemple la loi qui porte son nom. Beaucoup l’ont accusé d’être fourre-tout mais elle change le quotidien des Français. La libéralisation du marché des autocars a créé 1500 emplois et permet à des milliers de personnes de voyager à bas coût. Nous sortons du dogme des belles idées qui n’ont pas d’écho sur le terrain.

C.T. Des socialistes toulousains ont-ils rejoint en nombre le mouvement En Marche ?

M.N. Beaucoup d’élus et militants du PS sont intéressés par Emmanuel Macron. Un socialiste peut largement se retrouver dans notre programme et notre socle de valeurs progressistes.

Mais d’ores et déjà, des maires PS de Haute-Garonne nous ont indiqué qu’ils donneraient leur parrainage à Emmanuel Macron pour la présidentielle.

C.T. Emmanuel Macron se définit comme le « candidat du travail ». Mais son étiquette libérale n’est-elle pas un frein sur les sujets de l’emploi ?

M.N. Non car Emmanuel Macron est le seul à parler de liberté mais aussi de protection, à parler des indépendants et de la précarité.

Moi-même, j’ai 26 ans et depuis dix ans, j’ai connu le CDI à temps partiel, l’intérim, la pige dans le journalisme, le CDD et aujourd’hui je suis indépendant dans la communication. Le parcours des travailleurs n’est plus linéaire.

Le socle, c’est les 35 h mais nous voulons donner la liberté aux entreprises de négocier des aménagements. L’activité est bridée par trop de règles contraignantes.

Il propose aussi que, quel que soit le statut, une personne qui démissionne puisse avoir des droits, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Notre credo : que tout le monde ait du travail, qu’il soit facteur d’émancipation et qu’il soit justement rémunéré. C’est pour cette raison qu’Emmanuel Macron parle autant aux agriculteurs qu’aux personnes de banlieue.

C.T. Approuvez-vous le fait qu’Emmanuel Macron ait refusé de participer à la primaire de la gauche ?

M.N. Oui, c’est tout à fait cohérent car nous ne nous sommes jamais situés par rapport aux autres et à leur calendrier. En Marche est au-dessus de la mêlée.

C.T. Un meeting est-il déjà prévu à Toulouse avant le premier tour ?

M.N. Emmanuel Macron viendra bien évidemment à Toulouse mais c’est encore trop tôt pour dire quand et si un meeting sera organisé.

Photo de Anthony Assemat

Anthony Assemat

Journaliste, chef d'édition à Côté Toulouse

 

Source : Actu Côté Toulouse

http://actu.cotetoulouse.fr/interview-presidentielle-2017-en-haute-garonne-les-soutiens-d-emmanuel-macron-repartent-en-campagne_54790/

Lire la suite

#ParlonsVrai : vive l’ECOLONOMIE

6 Janvier 2017, 17:07pm

Publié par Corinne Lepage

#ParlonsVrai : vive l’ECOLONOMIE

Le salon de Las Vegas, haut lieu de la connectique, est une occasion-et tant mieux–de vanter le savoir-faire français puisque notre délégation serait la troisième après la délégation américaine et la délégation chinoise.

C’est la démonstration de notre capacité, comme français comme européen, à être aux premières loges de l’anticipation et de l’invention. Mais par quel coup du sort, ce que nous sommes capables de faire pour la connectique sommes- nous incapables de le faire pour les technologies de l’écolonomie c’est-à-dire du mariage réussi de l’économie et de l’écologie. Tout simplement parce que nos dirigeants continuent à penser que tout se règle par la technique, que les infrastructures les plus grosses dans le domaine énergétique sont les meilleures et qu’enfin, si savoir-faire français il y a, il ne peut se trouver que dans la filière nucléaire et les industries traditionnelles. Ceci explique non seulement notre retard colossal, mais encore nos choix économiques et financiers absurdes qui conduisent à ce que nous ne disposions pas d’une grande filière française dans les des énergies renouvelables. EDF a soigneusement tué tout ce qui pouvait dépasser ; les découvertes et technologies mises au point par l’Inès (institut du solaire de Chambéry dépendant du CEA) notamment grâce à cet homme remarquable qu’est Jean Therme n’ont jamais eu réellement de grands débouchés industriels faute de financement. Et pendant que la Chine met sur la table 360 milliards dans les clean Tech pour créer 13 millions de nouveaux emplois, la France met 12 milliards d’euros dans la filière nucléaire pour essayer de sauver les emplois existants…. Avec le diesel, qui nous a fait perdre 15 ans pour mettre en place des filières hybrides, le nucléaire qui va nous faire perdre 30 ans pour aller vers le renouvelable, les pesticides à outrance qui condamnent nos sols, nos eaux, nos agriculteurs et tous les consommateurs à terme, nous sommes incapables de faire les choix économiques du Nouveau Monde.

La campagne présidentielle n’est-elle pas le moment rêvé pour orienter différemment notre modèle économique, prendre en considération la vérité économique et écologique des prix, accepter comme un fait les nouveaux prix du marché énergétique et créer les emplois et les activités dans les nouveaux domaines au lieu de chercher simplement à sauvegarder –en étant certain de ne jamais pouvoir y parvenir–l’économie du passé ?

 

Vous connaissez mes engagements politiques, mais ma vie ne se limite pas à de la politique politicienne. Avocate, j’ai plaidé dans de nombreuses affaires liées à la défense de notre environnement. A travers de nombreux ouvrages j’ai décrypté le monde tel qu’il est et proposé des solutions pour améliorer certes notre environnement, mais aussi les conditions de vie de ceux qui le peuplent, de tous ceux qui espèrent mieux y vivre, de vous, de moi, de nous citoyens.
 
Source :

 

Lire la suite

L’environnement, tout le monde s’en moque

5 Janvier 2017, 12:40pm

Publié par Corinne Lepage

L’environnement, tout le monde s’en moque

L’environnement, tout le monde s’en moque. Ce n’est pas un sujet suffisamment important pour être traité par les candidats à la présidentielle si ce n’est de manière marginale par des candidats qui pensent ainsi pouvoir récupérer quelques voix écologistes perdues… mais cela n’intéresse personne sauf quelques bobos. Et bien non. Même si ces Messieurs-car il y a bien peu de dames-ont décidé une fois pour toutes, dans le trumpisme ambiant que le sujet est sans intérêt, ils vont très vite se rendre compte que c’est eux qui sont sans intérêt pour notre avenir.

Respirer n’a pas d’importance et lorsque de nombreuses mères de famille ne supportent plus de voir les bébés de trois mois apprendre ce qu’est la gymnastique respiratoire du fait de bronchiolite et les jeunes seniors voir leurs parents étouffer sous les crises d’asthme, cela est secondaire. Les morts de la pollution atmosphérique sont 10 fois plus nombreux que les morts d’accidents automobiles.

Mais peu importe.

Tout aussi secondaire est la question de la pollution chimique dont les études commencent à montrer qu’elle réduit le QI de nos jeunes après avoir provoqué une explosion des cancers, des maladies dégénératives et peut-être augmenté les cas d’autisme. Sans intérêt pour les familles comme pour la sécurité sociale lorsque un Français sur cinq est en maladie de longue durée ! Secondaire aussi la transformation du monde économique vers l’économie du Nouveau Monde qui conduit à une véritable révolution dans laquelle économie d’énergie, santé, bien-être et rentabilité trouvent de nouveaux mariages.

Mais, il est plus sérieux évidemment de continuer à défendre le nucléaire, le diesel, les pesticides et de manière plus générale l’économie du XXe siècle. Continuons ! Nous sommes sûrs de continuer à perdre en choisissant cette voie !

 

Vous connaissez mes engagements politiques, mais ma vie ne se limite pas à de la politique politicienne. Avocate, j’ai plaidé dans de nombreuses affaires liées à la défense de notre environnement. A travers de nombreux ouvrages j’ai décrypté le monde tel qu’il est et proposé des solutions pour améliorer certes notre environnement, mais aussi les conditions de vie de ceux qui le peuplent, de tous ceux qui espèrent mieux y vivre, de vous, de moi, de nous citoyens.

Lire la suite

Parlons vrai : les 12 milliards dont personne ne parle pas…

4 Janvier 2017, 13:52pm

Publié par Corinne Lepage

Parlons vrai : les 12 milliards dont personne ne parle pas…

La primaire de la gauche, après celle de la droite, est l’occasion de formuler des propositions mirobolantes souvent très coûteuses, dont les auteurs se gardent bien d’essayer de chiffrer le montant et a fortiori de déterminer les conditions de financement. Mais il est un domaine singulièrement absent du débat et qui pourtant constitue un risque financier majeur comme un axe de développement économique majeur pour la collectivité : l’énergie.

Tout d’abord, les candidats se gardent bien d’avertir les Français de la hausse inévitable du prix de l’électricité. Les rodomontades de Ségolène Royal n’y changeront rien et force est de constater que nous ne payons pas l’électricité au prix auquel nous devrions la payer. Mais surtout personne ne parle des 12 milliards d’euros de fonds publics qui viennent ou vont être en toute confidentialité transféré à la filière nucléaire exsangue : 5 milliards de recapitalisation pour Areva auxquels s’ajoutent 4 milliards d’euros versés par la caisse des dépôts à EDF pour le rachat de la moitié de RTE auxquels s’ajoutent 3 milliards de recapitalisation en 2016 sans parler de l’abandon des dividendes qui devaient revenir à l’État pour l’année 2016. Le drame est que ces sommes sont versées pour éviter le dépôt de bilan d’Aréva et pour renflouer EDF mais qu’elles ne règlent en rien la situation financière à moyen et long terme de ces entreprises et encore moins la stratégie énergétique de la France. Est-il acceptable que des sommes pareilles soient versées sans aucun débat et que les choix stratégiques qu’elles impliquent au détriment du développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétiques ne soient pas présentés aux Français ?

Le silence assourdissant des candidats à la présidentielle sur ce thème pourtant majeur qui est celui de la stratégie énergétique de la France et de l’abandon inéluctable du tout nucléaire démontre une fois encore que ceux qui se présentent comme nos champions soit ont choisi la politique de l’autruche, soit n’ont rien compris au monde tel qu’il était aujourd’hui et ont arrêté leur pendule à 1970. Dans les deux cas, pauvres de nous !!!

Corinne Lepage

Vous connaissez mes engagements politiques, mais ma vie ne se limite pas à de la politique politicienne. Avocate, j’ai plaidé dans de nombreuses affaires liées à la défense de notre environnement. A travers de nombreux ouvrages j’ai décrypté le monde tel qu’il est et proposé des solutions pour améliorer certes notre environnement, mais aussi les conditions de vie de ceux qui le peuplent, de tous ceux qui espèrent mieux y vivre, de vous, de moi, de nous citoyens.

 

Source :

http://www.corinnelepage.fr/le-billet-hebdomadaire/

 

Lire la suite

Parlons vrai…

3 Janvier 2017, 20:11pm

Publié par Corinne Lepage

Parlons vrai…

En ce début d’année, les poussières accumulées sous les tapis ont atteint un tel niveau qu’il est devenu quasi impossible de faire semblant de ne pas voir. Certes, le chômage, les voitures brûlées, les problèmes de pouvoir d’achat continuent à faire la une des actualités. Mais, ce qui frappe, c’est que les sujets de fond que personne ne veut réellement traiter reviennent en boomerang et l’opinion publique devient progressivement exigeante sur des questions qui sont totalement absentes ou secondaires dans le débat et apparaissent comme prioritaires. C’est évidemment le cas de l’intégrisme islamique qui devient un sujet structurant à l’intérieur comme à l’extérieur de nos sociétés ; mais c’est aussi le cas de la pollution de l’air et plus généralement des problèmes de santé publique que notre société addict à la chimie génère un niveau qui devient insupportable. C’est encore le cas des renversements d’alliance qui se profilent dans le monde avec des campagnes de communication incroyables en provenance en particulier de la Russie. Nous avons le sentiment d’être pris dans un maelstrom qui rend très difficile la réflexion, d’autant plus que les périodes de campagne électorale conduisent à des instrumentalisations au bénéfice des différents champions, peu soucieux -dans ces périodes au moins – de l’intérêt de l’ensemble de la population. Je m’efforcerai, dans ce blog quotidien, en dehors autant que faire se pourra de querelles politiciennes, d’aborder un point de manière aussi objective que possible pour ouvrir le débat sur un sujet qui me paraîtra important et qui soit sera oublié, soit sera instrumentalisé, soit fera l’objet d’une désinformation hélas trop fréquente.

 

Corinne Lepage

Source :

http://www.corinnelepage.fr/parlons-vrai/

 

 

Lire la suite

Le passage du nucléaire au soleil. Ça vous regarde le 22 décembre 2016

22 Décembre 2016, 23:31pm

Publié par LCP

Corinne Lepage invitée par LCP le 22 décembre 2016

Corinne Lepage invitée par LCP le 22 décembre 2016

Le passage du nucléaire au soleil. Ça vous regarde le 22 décembre 2016
Le passage du nucléaire au soleil. Ça vous regarde le 22 décembre 2016
Le passage du nucléaire au soleil. Ça vous regarde le 22 décembre 2016
Le passage du nucléaire au soleil. Ça vous regarde le 22 décembre 2016

Énergie : Comment passer de l'atome au soleil?

& en débattent dans de

Lire la suite

Pollution :  « Il va falloir arrêter avec le diesel, c’est inévitable »

16 Décembre 2016, 11:56am

Publié par Corinne Lepage

Pollution :  « Il va falloir arrêter avec le diesel, c’est inévitable »

+VIDEO. Circulation alternée, élection présidentielle... Corinne Lepage, ancienne ministre de l'Environnement, est « L’Invitée des Echos ».

« L'Invitée des Echos » : voir l'émission intégrale

Alors que la circulation alternée est de nouveau de vigueur ce vendredi à Paris afin de faire face à un nouvel épisode de pollution, ce dispositif a été nettement moins respecté lors de sa dernière mise en place. Selon les estimations d'Airparif , le 6 décembre dernier, « deux fois moins de véhicules ont respecté cette mesure par rapport à mars 2014 ». Pour Corinne Lepage, ancienne ministre de l'Environnement, « on ne peut pas continuer comme ça. L'objectif n'est pas d'atteindre les seuils de pollution ou de Shanghai ».

Alors concrètement, que faire pour en finir avec ces pics de pollution ? « Il va falloir arrêter avec le diesel. C'est inévitable », estime l'avocate. « C'est incontestablement une des raisons de la très forte présence de particules fines et je rappelle que la France est en infraction au regard du droit communautaire là-dessus. (...) Pendant des années et des années, l'Etat a encouragé les gens à acheter du diesel, avec une fiscalité très avantageuse. Et aujourd'hui, on dit aux gens qu'il ne faut plus utiliser le diesel. Donc, quelque part, l'Etat est complètement responsable de cette situation ».

Par ailleurs, alors que la maire de Paris Anne Hidalgo et la présidente de la région Île-de-France s'écharpent sur le sujet de la piétonisation des voix sur berges - un recours en justice ayant même été déposé -, Corinne Lepage estime : « je crois que les sujets d'environnement, ça n'existent plus vraiment. On a des sujets énergie-environnement, transport-environnement, santé-environnement... On est dans la transversalité, il faut essayer d'avoir une vue globale des choses ».

Corinne Lepage revient également sur son livre « Tous président ! » (Edition. Les Liens qui libèrent, novembre 2016) dans laquelle elle appelle la société civile à s'impliquer davantage dans la vie politique. « La manière dont les politiques le font est insupportable : c'est de l'instrumentalisation. C'est un slogan, et cela consiste à faire du casting. (...) Le jour où vous aurez la moitié du Parlement français qui sera composé de gens qui viennent de la société civile et qui n'ont pas fait l'ENA avant ou qui ne sont pas fonctionnaire (...), on en reparlera ».

Extrait n°1 -  « Il va falloir arrêter avec le diesel. C'est inévitable »

 « Il va falloir arrêter avec le diesel. C'est inévitable », estime Corinne Lepage. « C'est incontestablement une des raisons de la très forte présence de particules fines et je rappelle que la France est en infraction au regard du droit communautaire là-dessus. (...) Pendant des années et des années, l'Etat a encouragé les gens à acheter du diesel, avec une fiscalité très avantageuse. Et aujourd'hui, on dit aux gens qu'il ne faut plus utiliser le diesel. Donc, quelque part, l'Etat est complètement responsable de cette situation »

 

Extrait n°2 - Politique et société civile : Corinne Lepage craint « l'instrumentalisation »

Dans son livre « Tous président  ! », Corinne Lepage appelle la société civile à s'impliquer davantage dans la vie politique. « La manière dont les politiques le font est insupportable : c'est de l'instrumentalisation. C'est un slogan, et cela consiste à faire du casting. (...) Le jour où vous aurez la moitié du Parlement français qui sera composé de gens qui viennent de la société civile et qui n'ont pas fait l'ENA avant ou qui ne sont pas fonctionnaire (...), on en reparlera ».

 

Extrait n°3 - Corinne Lepage appelle la société civile à s'investir dans la politique

Corinne Lepage appelle à aller au-delà la fin du cumul des mandats et de la limitation des renouvellement. « Il faut supprimer la mise en disponibilité des fonctionnaires lorsqu'ils sont élus (...). Cela évite la carrière professionnelle dans la vie politique qui est une très mauvaise chose. (...) La politique doit être un moment dans sa vie, mais ça ne peut pas être toute sa vie, parce que sinon, cela devient un métier ».

 

Olivier Harmant, Les Echos
@olivblog 
 
 

Source : Les Echos

http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211603112959-pollution-il-va-falloir-arreter-avec-le-diesel-cest-inevitable-2051142.php

Lire la suite

Corinne Lepage : "Les pics de pollution ne sont que la partie visible de l'iceberg"

10 Décembre 2016, 09:49am

Publié par Corinne Lepage

Corinne Lepage : "Les pics de pollution ne sont que la partie visible de l'iceberg"

L'ancienne ministre de l'Environnement et présidente du rassemblement citoyen Cap21 est l'invitée du Soir 3 alors qu'un sévère pic de pollution touche la France depuis plusieurs jours.

 


Corinne Lepage : "Les pics de pollution ne sont que la partie visible de l'iceberg"

 

Elle est à l'origine de la première loi sur la qualité de l'air, votée en 1996. Après plusieurs jours de pic de pollution sur l'hexagone, Corinne Lepage estime que ces épisodes d'alerte ponctuels ne doivent pas faire oublier que la problématique de la pollution aux particules fines sur les grandes villes est une préoccupation constante. Selon elle, les mesures de circulation alternée ne servent qu'à réduire de façon superficielle le niveau de pollution.

48 000 morts par an

La pollution atmosphérique est la troisième cause de mortalité en France, tuant près de 48 000 personnes par an et réduisant en moyenne de quinze mois l'espérance de vie des habitants des villes de plus de 100 000 habitants. Pour Corinne Lepage, il faut en priorité bannir le diesel, reprochant à l'industrie automobile de n'avoir pas fait les efforts pour s'adapter à la situation.

Source : France TV Info

http://www.francetvinfo.fr/meteo/particules-fines/circulation-alternee/corinne-lepage-les-pics-de-pollution-ne-sont-que-la-partie-visible-de-l-iceberg_1962645.html

 

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>