Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

Les fondamentaux

5 Juin 2013, 11:20am

Les cinq fondamentaux détaillés ci-dessous ne reflètent que l'état de notre réflexion commune et participative, et forcément évolutive. Il ne s'agit en aucun cas d'un programme préconçu mais bien d'un socle commun de principes généraux actualisés au fur et à mesure de nos travaux.

 
1. METTRE EN ŒUVRE LA TROISIEME REVOLUTION INDUSTRIELLE fondée sur le changement de modèle énergétique et la révolution internet. Elle a déjà commencé et elle seule peut permettre une relance de l’activité économique, le dynamisme de l’innovation, la réponse aux grands enjeux contemporains. Elle implique une révolution dans notre politique énergétique en s’appuyant sur une sortie progressive du nucléaire, l’abandon des projets de construction des réacteurs EPR et le développement du financement des énergies renouvelables et des économies d’énergie. Elle repose sur la décentralisation énergétique et en particulier le droit des collectivités territoriales de recourir à la régie. Les coopératives d’habitants se sont multipliées pour financer des installations locales de production énergétique. L’efficacité énergétique doit faire l’objet de financements innovants et territoriaux. Elle valorise la production locale, les circuits courts, l’économie circulaire. L’agriculture est au cœur de toute la stratégie avec la généralisation de l’agro-écologie et de l’agriculture écologique, la production d’énergie notamment avec la méthanisation et la biochimie qui sont autant de voies à retenir pour la stratégie industrielle dont nous avons besoin.

2. ENCOURAGER ET VALORISER L’ESPRIT D’ENTREPRENDRE : Au-delà de sa fonction de production, l’entreprise doit également assurer une fonction de promotion et de réussite sociale à l’ensemble de ses salariés, quel que soit le niveau qu’ils occupent dans la hiérarchie. La performance d’une entreprise ne saurait plus longtemps être appréciée à l’aune du « retour financier sur investissements ». Un bilan social et écologique construit à partir de critères simples (embauche de jeunes diplômés, maintien à l’emploi des personnes de plus de 50 ans, amélioration des conditions de travails, diminution des externalités négatives, etc.) viendra compléter l’appréciation générale de chaque entreprise. Enfin, la finance doit retrouver la place qu’elle n’aurait jamais dû quitter : financer l’économie réelle et non pas favoriser une spéculation devenue irrationnelle. L’exigence d’un haut niveau moral est indispensable et fondamentale : nous ferons la promotion d’un durcissement de la législation concernant les conflits d’intérêts dans la fonction publique et dans les milieux politiques et économiques.

3. REVENIR A L’IDEAL REPUBLICAIN : Plus que jamais, l’éthique doit revenir au cœur de notre société. Dans une République citoyenne et démocratique, les inégalités croissantes ne sont pas tolérables comme sont intolérables les infractions dans les domaines financiers, sanitaires, alimentaires ou écologiques dont les auteurs bénéficient d’une impunité scandaleuse. Nous devons retrouver notre liberté non pas par individualisme mais bien pour permettre à chaque citoyen de choisir sa vie et son destin. L’égalité des chances est encore un champ à conquérir : éducation, accès aux soins, au logement, à la connaissance, etc. Enfin, le communautarisme et la faiblesse face aux remises en cause de plus en plus visibles des règles de vie de l’espace public, de l’égalité homme femme, de la neutralité et de la laïcité appellent à une application ferme des principes républicains.

4. CREER L’EUROPE DES CITOYENS EUROPEENS : L’Europe est un formidable projet qui a constitué pour des millions de personnes un grand espoir, le rêve d’une paix perpétuelle, la perspective d’une prospérité économique. Or, ce sont les institutions elles-mêmes qui ne correspondent plus à la société européenne : le fonctionnement technocratique de l’Union Européenne ne peut satisfaire nos exigences démocratiques. A l’euroscepticisme succède le populisme et la construction européenne est elle-même menacée. Face à ce constat, une seule voie est possible : l’Europe citoyenne. Elle suppose que les moyens soient donnés aux citoyens pour qu’ils puissent enfin avoir la maitrise des décisions qui les concernent. Cela implique le cheminement vers l’Europe fédérale respectueuse des diversités étatiques mais soucieuse de l’intérêt général européen porté par un Parlement pleinement renforcé. L’intervention des citoyens européens dans l’espace public doit devenir la règle. Cette Europe fédérale des citoyens, dans un monde multipolaire de plus en plus instable, sera en mesure de résister aux pressions, d’assurer la capacité de son économie, de redonner confiance à ses citoyens.

5. ASSURER LA SECURITE HUMAINE : Nous vivons dans un monde anxiogène où les drames réels se mêlent aux craintes, où le matraquage des faits divers violents et sordides maintiennent une peur permanente. Retrouver l’optimisme et la confiance passe par la nécessité de renforcer la sécurité dans tous les champs de la vie : parcours de vie, de travail, de santé, etc. L’individu ne peut s’épanouir collectivement que dans un espace sûr. Cela suppose aussi d’avoir une vision globale des problèmes majeurs dont nous avons à faire face : les risques planétaires, qu’ils soient climatiques, terroristes, écologiques ou alimentaires, doivent être affrontés, contrôlés et jugulés. La reconnaissance de ces risques est la première étape, la gestion et le contrôle est la suivante. La première semble empruntée par les grands de ce monde, la deuxième met tant de temps, trop de temps à se mettre en place. Ce n’est qu’en affrontant ces risques majeurs ensemble, monde politique et société civile, que nous trouverons des solutions justes et durables. Le Rassemblement Citoyen est la forme politique et citoyenne du 21e siècle dont nous avons tous besoin.

Commenter cet article