Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

#ParlonsVrai : nous, pauvres humains !

23 Janvier 2017, 09:38am

Publié par Corinne Lepage

#ParlonsVrai : nous, pauvres humains !

Au lendemain des primaires de la Gauche qui dessinent – sauf imprévu – la campagne présidentielle, le sort des humains que nous sommes parait être devenu bien secondaire.

Alors que la France est noyée dans un nuage de pollution sans précédent, contre lequel il faut bien le reconnaître, les pouvoirs publics sont largement impuissants, alors qu’on nous annonce la disparition des grands singes dans les 25 prochaines années, alors que notre système énergétique est en réalité à bout de souffle, l’écologie dans son expression politique ne s’est jamais aussi mal portée. Malgré des prestations excellentes, François de Rugy plafonne à 3 % des votes et Yannick Jadot ne décolle pas des 2 % qui lui sont promis.

Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon ont indéniablement intégré la dimension écologique dans leur programme mais ce programme est un programme d’extrême-gauche totalement irréalisable dans le monde actuel. À l’opposé, François Fillon fait du principe de précaution l’alpha et l’oméga de la relance économique de la France, du tout nucléaire le symbole de sa puissance et conçoit la croissance économique comme on pouvait le faire dans les années 60.

Emmanuel Macron peut, s’il le veut, réaliser pour l’économie et l’écologie, le dépassement qu’il a été en capacité de proposer pour la droite et la gauche. Cela impliquera bien évidemment que le candidat la présidentielle puisse évoluer par rapport aux positions défendues par le ministre de l’économie mais il ne peut y avoir de modernité sans que la question écologique soit portée au même niveau que la question digitale pour la bonne et simple raison que ce sont les deux révolutions qui transforment le monde contemporain.

Il ne sert à rien de chercher à développer les emplois, de s’attaquer aux comptes publics et à améliorer les conditions matérielles de vie si dans le même temps, nos concitoyens sont de plus en plus malades (un cinquième d’entre eux sont aujourd’hui en affection de longue durée), si l’espérance de vie stagne ou se réduit et si en conséquence, les coûts des comptes sociaux ne peuvent que se dégrader.

Il ne sert à rien de prétendre créer des emplois si on refuse de constater que les énergies renouvelables en procurent beaucoup plus que les énergies fossiles ou nucléaires et que les marchés de demain sont ceux des Smart grid, de la décentralisation énergétique, de l’autoconsommation et non d’infrastructures centralisées, fragilisées et dangereuses.

De même, il ne sert à rien de disserter sur le contrôle des frontières et les questions d’immigration si tout n’est pas fait pour lutter contre le dérèglement climatique et la désertification qui jette des dizaines de millions de personnes chaque année sur les routes et expose l’Europe à l’arrivée de centaines de millions d’Africains.

Quels qu’aient pu être les torts des écologistes, les énervements ou l’agressivité qu’ils ont provoquée, le sujet est sur la table et ne peut être traité comme il l’a trop souvent été, par de la communication, des effets de manches, des allers-retours, des dénis. Le temps est venu de se souvenir qu’avant d’être citoyen chacun de nous est humain, responsable à ce titre de sa vie et de celle des autres.

 

 

Corinne Lepage

Vous connaissez mes engagements politiques, mais ma vie ne se limite pas à de la politique politicienne. Avocate, j’ai plaidé dans de nombreuses affaires liées à la défense de notre environnement. A travers de nombreux ouvrages j’ai décrypté le monde tel qu’il est et proposé des solutions pour améliorer certes notre environnement, mais aussi les conditions de vie de ceux qui le peuplent, de tous ceux qui espèrent mieux y vivre, de vous, de moi, de nous citoyens.

Commenter cet article