Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

#ParlonsVrai : Et si on mangeait sain (même à la FNSEA) ?

10 Janvier 2017, 20:14pm

Publié par Corinne Lepage

#ParlonsVrai : Et si on mangeait sain (même à la FNSEA) ?

Nous avons tous pu constater le développement des rayons bio dans les grandes surfaces et la présence de plus en plus solide de magasins bio dans les marchés. Certaines grandes enseignes ont banni depuis longtemps dans leur gamme distributeur les OGM ou certains produits controversés. Aujourd’hui, certaines s’engagent à supprimer le glyphosate, les sels d’aluminium, l’aspartame l’huile de palme etc…

On ne peut que s’en réjouir à double titre : d’une part, c’est évidemment une bonne nouvelle pour les consommateurs qui vont pouvoir acheter des produits de consommation courante sans être contaminé par des perturbateurs endocriniens, des pesticides et autres produits chimiques dont les conséquences sur la santé humaine apparaissent de plus en plus probantes.

C’est une bonne nouvelle aussi pour les agriculteurs, tout au moins ceux qui sont convaincus qu’il faut se passer des phytosanitaires le plus possible mais qui ne peuvent pas toujours le faire pour des raisons économiques. Des engagements de la grande distribution peuvent leur permettre de faire le pas et de transformer leurs exploitations pour se passer de ces produits pesticides en gagnant à terme mieux leur vie.

Mais visiblement, ce progrès évident pour les consommateurs, pour la santé des agriculteurs (qui sont les premiers concernés par la toxicité des pesticides) et pour l’environnement n’est pas du goût de la FNSEA.

Ainsi, la publicité d’une grande enseigne en faveur de l’abandon de 90 substances controversées est-elle relayée sur Twitter par des responsables de la FNSEA sous la forme suivante : « Chers consommateurs sensés, je vous en conjure, boycottez cette enseigne qui nourrit des peurs véhiculées par les hystériques ». Quand on sait que la contestation du glyphosate par exemple émane de l’OMS et plus précisément du centre international de recherche sur le cancer qu’il a classé comme cancérigène probable, on peut mesurer effectivement le degré d’hystérie de ceux qui réclament de manger sain !

La vraie question est celle de savoir pourquoi certains responsables de la FNSEA s’érigent en défenseurs de produits toxiques dont eux-mêmes et leurs familles sont les premières victimes. Est-ce parce que les coopératives défendent aujourd’hui davantage l’intérêt des producteurs de phytosanitaires qu’elles distribuent que l’intérêt des coopérateurs ? Est-ce parce que les grands céréaliers sont les grands décideurs et qui n’imaginent pas d’autres modèles possibles ? Est-ce une question culturelle et une forme de détestation de tout ce et tous ceux qui remettent en cause le modèle d’une agriculture addict aux pesticides et qui refuse de voir les ravages qu’elle cause à la terre, aux ressources naturelles, à la faune et à la flore comme aux humains ?

La bonne nouvelle, c’est que la grande distribution ou tout au moins une partie d’entre elle change visiblement son fusil d’épaule et va permettre à tout le monde agricole qui souhaite le changement de pouvoir y procéder. La transition agricole est tout autant inéluctable que la transition énergétique.

 

Vous connaissez mes engagements politiques, mais ma vie ne se limite pas à de la politique politicienne. Avocate, j’ai plaidé dans de nombreuses affaires liées à la défense de notre environnement. A travers de nombreux ouvrages j’ai décrypté le monde tel qu’il est et proposé des solutions pour améliorer certes notre environnement, mais aussi les conditions de vie de ceux qui le peuplent, de tous ceux qui espèrent mieux y vivre, de vous, de moi, de nous citoyens.

 

Commenter cet article