Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

Départementales : voter malgré tout

5 Mars 2015, 08:23am

Publié par Richard Hasselmann

Départementales : voter malgré tout

Même si la classe politique a rendu le scrutin des départementales illisible, cette élection est l'opportunité, pour le citoyen, de reprendre la main sur une institution de proximité.

À trois semaines du premier tour des élections départementales, il me paraît utile de souligner, en creux, le « Fait du jour » de Cécile Cornudet, frappé au coin du bon sens, intitulé La République, l'invitée-surprise de la campagne .

Le constat mis en lumière est une nouvelle fois accablant pour la classe politique en place et pour le pouvoir en particulier. C’est sans doute la première fois dans l’histoire d’une démocratie qu’un Président de la République convoque des électeurs, pour les inviter à élire des citoyens dont on ignore les compétences et les pouvoirs qui restent à définir.

C’est assez dire la considération dans laquelle est tenu le citoyen, et cela souligne l’hypocrisie des Cassandre qui viendront après coup stigmatiser l’abstention ou la montée des extrêmes . Il est vrai que Tout mandat impératif est nul, en l’espèce ce risque est écarté.

Depuis bientôt 10 ans avec nos amis, nous organisons des micros-trottoirs, ou de petites réunions, pour sentir le pouls de l’opinion et donner des clés de lecture au plus grand nombre. Un citoyen acteur de son destin, un citoyen qui utilise son bulletin de vote à bon escient, est un citoyen informé.

S’agissant des prochaines départementales, le résultat est accablant, plus de 85 % des quidams ne connaissent pas les compétences obligatoires des futurs Conseils départementaux ( dont voici la liste ), alors que dans l’état actuel de notre réglementation elles touchent au quotidien.

Une collectivité indispensable

Une nouvelle fois, comme pour les européennes, la classe politique organise une escroquerie intellectuelle en conduisant le citoyen à se tromper d’élection. Quand vous expliquez, qu’un Conseil départemental a un rôle direct sur la vie des collèges, la vie des personnes agrées, ou celle des précaires et qu’il est primordial que le citoyen qui y siégera se consacre exclusivement a cela, le regard change et l’attention se fixe.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit, indépendamment des suites de la réforme territoriale, et de la persistance de l’échelon départemental, sans doute indispensable en certains points du territoire, dans l’instant, il nous faut des élus départementaux qui ont quelque chose à dire sur les points de leur compétence.

Le flou artistique entretenu est un nouvel exemple de l’effet pervers du cumul des mandats, qui nécrose notre démocratie. En effet, une très large majorité des conseillers généraux sortants, outre qu’ils sont désignés par les appareils de partis, cumulent ce mandat avec un autre et notamment celui de parlementaire national. Dès lors soucieux d’apparaître fiable pour les enjeux nationaux aux yeux de son électorat, le candidat élude la proximité, pour aborder des thèmes nationaux.

L’élection à venir est une vraie chance, pour que le citoyen reprenne la main, en proximité, dans son bassin de vie, en confiant le Conseil départemental à de nouvelles équipes mues par des principes simples de subsidiarité, d’éthique et de responsabilité. Il importe d’identifier les binômes qui seront porteurs de ce seul mandat, et qui proposent de vrais projets dans les domaines qui sont ceux des Conseils départementaux.

Mieux qu’une fessée sans doute trop douce et qui déplait à Bruxelles, s’agissant d’adultes en place, ils méritent probablement une autre sanction, mais pas l’abstention. Cette abstention dont nous disons avec force qu’elle rime avec abandon ou démission.

 

Richard Hasselmann / Président de l'association LIBR'ACTEURS 


Source :  Les Echos

http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-126174-la-fessee-pour-qui-1099075.php

Commenter cet article