Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

C. Lepage: “La France a peut-être une chance de s’en sortir”

2 Septembre 2014, 11:37am

Publié par Steven Belfils

Invitée de Sud Radio, l’ancienne ministre de l’Environnement Corinne Lepage s’est appliquée à défendre la ligne de Manuel Valls, estimant que la France avait “une chance de s’en sortir”.

Invitée de Sud Radio, l’ancienne ministre de l’Environnement Corinne Lepage s’est appliquée à défendre la ligne de Manuel Valls, estimant que la France avait “une chance de s’en sortir”.

Invitée de Sud Radio, l’ancienne ministre de l’Environnement Corinne Lepage s’est appliquée à défendre la ligne de Manuel Valls, estimant que la France avait “une chance de s’en sortir”.

 

 

L’ancienne ministre de l’Environnement Corinne Lepage était ce mardi l’invitée politique de Sud Radio. Elle qu’on décrit souvent comme une centriste écolo-compatible et qui s’estime proche de la ligne du Premier ministre, est-elle déçue de ne pas avoir intégré le gouvernement Valls II ?

“Je ne rêvais pas d’être ministre de Valls. Mais la France a peut-être une chance de s’en sortir. Alors ce serait bien que tous ceux qui pensent que c’est le cas, d’où qu’ils viennent, soutiennent l’action du Gouvernement.”

Je ne supporte plus ces partis politiques qui parient sur l‘échec de celui qui est en place, pour qu’eux puissent avoir le pouvoir, s’est étranglée l’élue. “Le but du jeu c'est que tous ensemble on gagne. La ligne réformatrice de Valls est la bonne", affirme-t-elle. “Les postures idéologiques n’ont plus lieu d’être, dans la panade dans laquelle nous nous trouvons. (…) Seule une personne de centre gauche ou de centre droit peut mener les réformes nécessaires en France”, assure-t-elle.

“Le problème, c’est qu’il y a deux gauches”

Valls a besoin d'une majorité politique pour pouvoir faire voter ses réformes. Ce n’est quand même pas un sarkozyste. Mais nous sommes dans un pays où le mot entreprendre est souvent vu comme un gros mot", a-t-elle expliqué au micro de Christophe Bordet.

"Encourager l'emploi, c'est très bien, mais il faut qu’il y ait de la demande et de la confiance, que Manuel Valls doit débloquer", juge Corinne Lepage, qui se satisfait d’avoir désormais "une ligne directrice pour essayer de s'en sortir". Dans cette veine libérale, faut-il alors aller jusqu’à revenir sur les 35 heures ? "Probablement pas, mais il faut trouver des arrangements", affirme Corinne Lepage.

Mais, en ces temps de marasme politique en France, une question se pose : la gauche est-elle seulement faite pour gouverner ? "Il n’y a aucune fatalité à ce que la gauche, en France, ne puisse pas gouverner alors qu’elle gouverne dans quantité d’autres pays. Mais la droite n’est pas propriétaire du pouvoir. Le problème, aujourd’hui, c’est qu’il y a deux gauches : une réformatrice dont la tête de file est Manuel Valls, et une gauche dogmatique qui n’a pas encore fait sa révolution."

“Pas vraiment de lobby nucléaire”

En marge de ces observations, Corinne Lepage est également revenue sur la politique énergétique française, elle qui sort le 11 septembre son livre, L’Etat nucléaire, chez Albin Michel. Un brûlot contre les lobbys pro-nucléaire ? "Il n’y a pas vraiment de lobby nucléaire ; le nucléaire est totalement imbriqué dans l'État. C’est ce qui explique que, malgré le coût exorbitant, nous continuons, seuls au monde, à vouloir le tout-nucléaire." Un choix en dépit du bon sens, selon l’ancienne ministre, qui juge que  "sur le plan économique et industriel nous n'avons plus d’intérêt à continuer avec le nucléaire".

Source : Lyon Capitale

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/France-monde/Politique/France/C.-Lepage-La-France-a-peut-etre-une-chance-de-s-en-sortir

Commenter cet article