Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

Quand les médias sacrifient l'Europe à l'audimat

4 Mai 2014, 07:05am

Publié par Corinne Lepage

Quand les médias sacrifient l'Europe à l'audimat

Quand les médias sacrifient l'Europe à l'audimat, à leurs annonceurs et à seulement trois partis : l'UMP, le PS et le FN !

Nous sommes à trois semaines des élections européennes et le débat n'a pas commencé. Il est plus que probable qu'il ne commencera jamais.

Les faits sont têtus: la publication par le CSA des temps de parole pour la campagne des européennes est accablante. Non seulement l'UMP, le PS et le FN raflent entre 50 et 70 pour cent des temps de parole sur toutes les chaînes, mais en dehors de LCI (3h) et de Itélé (1H), le temps consacré par la radio comme par la télévision aux débats sur les européennes est de l'ordre de quelques minutes...

Pour parvenir à ce résultat remarquable, ont été classées dans la catégorie politique intérieure toutes les interventions relatives aux 50 milliards d'économies permettant ainsi à l'UMP, au PS, à EELV et au FN de multiplier leur temps d'antenne sans aucune conséquence sur la comptabilité de l'équité applicable en période électorale, laquelle est déjà bien éloignée de l'égalité. Mais, cette expression publique a permis aux mêmes de s'exprimer longuement sur la règle européenne des 3 % et les rapports entre la France et l'Europe. Mais, peu importe. Il s'agit de questions bien évidemment intérieures sans aucune conséquence sur le scrutin du 25 mai !

De plus, pour éviter d'appliquer les règles légales de pluralisme et d'équité les chaînes ont décidé de remplacer la présence des candidats par celle de politologues et de journalistes pour parler des européennes. Oubliant que certains d'entre eux soit font des études, soit entretiennent des liens privilégiés avec tel ou tel candidat ou tel ou tel parti, ce qui n'est jamais bien entendu signalé à l'antenne -mais oui, les conflits d'intérêts existent aussi dans cette catégorie de la population- les chaînes se dédouanent ainsi de l'obligation qui leur est faite de parler des échéances électorales en supprimant les candidats, et bien entendu en commençant par ces satanés "candidats de petites listes" qui viennent troubler le ronron des "grands" partis politiques et osent mettre sur la table des débats dont surtout il ne faut pas parler comme par exemple le TTIP dont le mandat est a été voté sans état d'âme par l'UMP, le PS, l'UDI et l'abstention du MoDem.

Alors, une question simple : pourquoi ? Parce que les grands partis politiques sont particulièrement mal à l'aise quels qu'ils soient. Et, moins on parle d'Europe, mieux ils se portent. Commençons par l'UMP et le PS, qui ont montré l'un et l'autre le mépris dans lequel ils tenaient le Parlement européen en proposant des candidats qui ont en commun d'illustrer le recyclage du candidats battus et de personnalités dont le seul intérêt est la politique nationale. Dans cette catégorie, Michèle Alliot-Marie occupe une place particulière en présentant sa candidature comme un acte du dévouement au motif qu'elle "perdrait de l'argent" si elle était députée européenne... Mais il n'y a pas que la forme, il y a également le fond. L'absence de doctrine claire au sein de ces grandes structures politiques sur l'avenir de l'Europe rend inaudible leur proposition.

Eurosceptiques et pro-européens s'affrontent au sein de chaque structure et, des Européens convaincus comme Alain Lamassoure en sont réduits à tenir un discours souverainiste ! Dès lors, moins on abordera le fond, mieux on se portera.

 

Source : Huffington Post

http://www.huffingtonpost.fr/corinne-lepage/quand-les-medias-sacrifient-europe-audimat_b_5253266.html

 

Commenter cet article