Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

Elections européennes: Corinne Lepage en guerre contre les lobbies

30 Avril 2014, 14:43pm

Publié par Corinne Lepage

Elections européennes: Corinne Lepage en guerre contre les lobbies

L'ancienne ministre de l'Environnement Corinne Lepage présentait, en mars, six listes pour les élections européennes du 25 mai sous l'étiquette « Europe Citoyenne ». Peu présente dans les médias, elle souhaite profiter de ce scrutin pour faire entendre sa voix et continuer à lutter, comme elle le fait en tant que députée depuis cinq ans, contre la puissance des lobbies présents au Parlement européen. Entretien.

Corinne Lepage présente six listes pour les élections européennes du 25 mai sous l'étiquette « Europe Citoyenne »

Corinne Lepage présente six listes pour les élections européennes du 25 mai sous l'étiquette « Europe Citoyenne »

Corinne Lepage est tête de liste en Île-de-France sous l'étiquette « Europe Citoyenne ». Sur la même liste, en troisième position, figure Marie-Odile Bertella-Geoffroy, vice-présidente au tribunal de grande instance de Paris, qui s'était occupée, en tant que juge d'instruction, de plusieurs affaires retentissantes concernant la santé publique. A leurs côtés des juristes, des agriculteurs, des fonctionnaires, des scientifiques ou encore des journalistes.

JOL Press : Pour quelle raison présentez-vous des listes à l’occasion des européennes ?

Corinne Lepage : Permettez que je vous dise, avant tout, mon ras-le-bol mais aussi mon inquiétude sur l’ostracisme du monde médiatique à l’égard des listes qui ne sont ni UMP, PS, FN ou centristes et en particulier à mon égard.  Je constate que, dans les sondages, même si les scores sont modestes, nous apparaissons mieux qu’un certain nombre d’autres partis qui ont beaucoup plus de médias que je n’en ai moi-même. Dans la catégorie « petites listes », j’ai l’impression d’avoir un sort particulier et peu enviable. Du coup je m’interroge sur les personnes ou les lobbies que mes combats dérangent.

Nous avons monté ces listes « Europe citoyenne » parce que, pendant cinq ans, je me suis battue pour la santé des Européens, dans le cadre de mon mandat de députée européenne, au sein de la commission environnement, santé publique et sécurité alimentaire. Que ce soit sur l’aspartame, sur les OGM, sur les conflits d’intérêts dans les agences sanitaires, sur les pesticides, j’ai été de tous les combats et avec une certaine efficacité pour certains d’entre eux. J’ai beaucoup gêné. De la même manière, je suis une adversaire farouche, pas de nature écologique mais de nature économique, du nucléaire.

C’est parce que je me suis battue pendant cinq ans pour l’intérêt des gens, comme sur l’étiquetage des produits alimentaires par exemple, et parce que j’ai vu le comportement d’un certain nombre de mes collègues, que je me suis dis que s’il y avait, dans ce Parlement européen, des citoyens issus de la société civile, jamais ces textes ne passeraient. C’est tellement évident que certains textes sont contraires à l’intérêt général qu’un citoyen, qui n’est pas lié de près ou de loin à des lobbies ou à des partis politiques qui eux-mêmes sont liés à des lobbies, ne pourrait jamais les voter.

En constituant des listes, qui ne sont pas idéologiques, mais citoyennes, constructives et positives, je veux permettre aux citoyens d’avoir le courage et la capacité de s’opposer aux lobbies très présents au Parlement européen.

JOL Press : Quelles sont les grandes lignes de votre programme pour les européennes ?

Corinne Lepage : Nous voulons répondre aux principales préoccupations de nos concitoyens.  Nous voulons tout d’abord refaire de l’Europe un grand continent sur le plan économique, en alliant l’écologie et l’économie que l’on oppose depuis 20 ans, par ce que nous avons appelé la PIC : politique industrielle commune. Nous avons été capables de le faire pour l’agriculture, il faut le faire pour l’industrie. Nous souhaitons promouvoir une révolution industrielle qui s’appuie sur le mariage de la transition énergétique et du numérique.

Deuxième volet : la santé. La santé est capitale pour chacun d’entre nous, il est donc essentiel, dans les périodes de crises économiques, de travailler sur la prévention : la qualité de ce que nous mangeons, de ce que nous buvons, de ce que nous respirons. Et avec la santé va la sécurité humaine, parce que les peuples heureux sont les peuples où les gens se sentent en sécurité, à commencer par les jeunes : ils doivent pouvoir être sûrs de pouvoir développer leur projet de vie.

Troisième volet : l’éthique et la démocratie. Quand les lobbies font la loi, ce sont les citoyens qui trinquent. Il existe un lien très étroit entre la lutte contre les grands lobbies, contre les conflits d’intérêt, pour une rénovation de la sphère financière et dans le même temps le développement de la démocratie. Nous proposons par exemple qu’il y ait un Parquet européen pour sanctionner les infractions, qu’elles soient financières ou environnementales, à l’échelle européenne. Seraient les premiers concernés : tous ceux qui travaillent pour l’Europe, que ce soit les députés, les commissaires ou les fonctionnaires.

Pour plus de démocratie, nous souhaitons que les initiatives citoyennes européennes (une innovation du traité de Lisbonne donnant un droit d'initiative politique à un rassemblement d'au moins un million de citoyens de l'Union européenne) deviennent banales et puissent être démultipliées. Nous souhaitons pour cela réduire à 500 000 le nombre de signatures nécessaires.

Dernier volet : Cœur d'Europe. Nous sommes des Européens convaincus mais cela ne nous empêche pas d’être euro-critiques. Nous proposons une Europe citoyenne qui est la troisième étape de la construction européenne. Après l’Europe de la paix – et l’Ukraine nous montre comment celle-ci est toujours plus nécessaire – après l’Europe économique, nous voulons l’Europe citoyenne. Pour cela nous devons travailler au niveau des 28, mais l’Europe des 28 a besoin d’une locomotive. Nous proposons donc la création d’un cœur d’Europe, resserré : une fédération regroupant les pays fondateurs, l’Espagne, le Portugal, les pays scandinaves et l’Autriche pour redonner une dynamique à l’Europe. Ce pôle aurait une diplomatie commune, une armée, un budget.

JOL Press : Qu’apportez-vous de différent dans le paysage politique en tant que liste ?

Corinne Lepage : La liste elle-même est originale. Ce n’est pas une liste de politiciens professionnels, ni d’idéologues, c’est une liste d’acteurs de la société civile qui ont réalisé des choses dans leur vie et qui viennent de centre droit ou centre-gauche pour la plupart. Par ailleurs, nous avons une synthèse qui est originale : nous sommes écologistes et en même temps très favorables au développement économique et à la croissance économique. Nous mettons en avant l’éthique et la santé, comme peuvent le faire d’autres partis, mais sans la contestation idéologique qui va avec. Nous proposons des mesures extrêmement concrètes qui faciliteraient la vie des gens.

JOL Press : Quels sont vos objectifs en termes de sièges ?

Corinne Lepage : Le plus possible mais tout dépendra, bien sûr, de la visibilité que nous aurons.

JOL Press : Comment lutter contre l’abstention et faire comprendre aux Français l’importance de ces élections ?

Corinne Lepage : Notre slogan de campagne c’est : « Votez pour vous ». Je dis aux citoyens : « Vous n’êtes pas contents des partis politiques et vous avez raison de ne pas l’être mais ce n’est pas une raison pour renoncer au vote. La liste que nous proposons c’est votre liste parce qu’elle est composée de gens comme vous qui partagent vos préoccupations. En votant pour nous, vous votez pour vous. » Et disions-nous que les seuls combats perdus sont ceux qui ne sont jamais menés…

Propos recueillis par Marine Tertrais pour JOL Press

Avocate depuis 1975, Corine Lepage est ancienne ministre de l'Environnement, ancienne membre de Génération écologie, fondatrice et présidente du parti écologiste Cap21 depuis 1996, cofondatrice et ancienne vice-présidente du Mouvement démocrate jusqu'en mars 2010. Elle est députée au Parlement européen depuis 2009. En 2012, elle fonde l’association Essaim et l’année suivante, la coopérative politique du Rassemblement citoyen. Elle est présidente d'honneur du Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN) après en avoir été présidente fondatrice, association d'étude des effets produits par les techniques génétiques sur le vivant.

 

Source : JOL press

http://www.jolpress.com/elections-europeennes-corinne-lepage-lobbies-parlement-europeen-article-825731.html

Commenter cet article