Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cap21/LRC Toulouse

«Je m'en occupe demain !»

3 Mars 2014, 16:26pm

Publié par Elisabeth Belaubre

«Je m'en occupe demain !»

«Je m'en occupe demain!»
Ou : De la procrastination considérée comme un Art politique.
Ou : Pour croire mes promesses, regardez mon bilan...


On ne répétera jamais assez que les pesticides sont des poisons cancérigènes et endocrinoperturbateurs.
Personne ne met cette information en doute (une telle unanimité est rare en France).
Les fruits et les légumes, sauf quand ils sont issus de l'Agriculture Biologique, contiennent des pesticides, puisqu'ils sont traités régulièrement tout le long de leur culture. C'est légal.
Petite séance de calcul : La dose de pesticides autorisée dans l'eau est de 0,1 microgramme par litre, alors que la dose autorisée dans les fruits et légumes est de 1 milligramme par kilo, donc 10 000 fois plus que dans l'eau. On appelle cela les «doses résiduelles» de pesticides.

 

Si je mange 500g de fruits et légumes par jour (tout le monde ne le fait pas, mais ce n'est pas énorme), j'absorbe jusqu'à 0,5 g de pesticides par jour, soit environ 180 grammes par an, donc un bon demi kilo en trois ans. Mettez devant vous un demi kilo de poison acheté dans une droguerie ou un magasin de jardinage et imaginez que vous (et vos enfants...) consommez ça en trois ans. Ce n'est pas de la science fiction. C'est la norme.


De plus, les analyses des services de contrôle montrent régulièrement des dépassements des normes autorisées. Mais il y a très peu de contrôles...
Seul le label «Agriculture Biologique» garantit que les fruits et légumes ne sont pas traités par des pesticides ou des herbicides. C'est pourquoi je demande fermement que toute aide publique à l'Agriculture s'accompagne de l'obligation d'aller vers l'Agriculture Biologique.
Et il ne s'agit pas d'accepter l'agriculture «durable» ou «raisonnée» qui continue d'utiliser des pesticides. Ce sont les lobbies de l'agrochimie qui entretiennent la confusion pour qu'on croie que l'agriculture durable ou raisonnée, c'est presque pareil que l'agriculture biologique.
C'est faux !
En principe, tous les écologistes, les Verts, et aujourd'hui EELV devraient défendre
l'agriculture biologique, non ?
Pourtant, en décembre 2013, la Communauté Urbaine de Toulouse a adopté un
« programme d'actions » portant sur la « valorisation du maraîchage » à Blagnac. Programme qui s'accompagnera évidemment de subventions.
Et c'est Antoine Maurice, élu «écologiste» EELV et Président de la Commission concernée, qui a présenté cette délibération, en acceptant que la mention «Agriculture Biologique» ne figure pas dans le texte voté, ni aucune obligation de conversion en bio, malgré ma demande répétée et catégorique. Il a aussi refusé le report du vote que j'avais demandé pour élaborer un texte plus ambitieux. Ainsi le texte voté dit juste que « les modalités et conditions de cet accompagnement et soutien feront l'objet d'un conventionnement proposé lors d'un prochain Conseil ».
Ben voyons ! On s'en occupe demain, c'est ça?
Les vrais écologistes, mais aussi tous les toulousains, doivent savoir que c'est comme ça qu'au lieu d'avancer, on recule ! J'ai été seule, sur 113 membres du Conseil de Communauté présents, à voter contre ce texte sans exigence, qui pourra nous nuire dans des projets plus ambitieux, comme la création d'une ceinture maraîchère 100% biologique (projet que j'ai élaboré au cours de mon mandat en tant qu'élue responsable de la Régie Agricole de Toulouse, et que les élus EELV ont freiné, exactement comme des élus non-écologistes).
Ce vote est un exemple de la capitulation fréquente des élus EELV dans des débats où ils devraient se battre sans relâche ! Car c'est cela que leurs électeurs attendent d'eux[1].
J'ai un bilan de mandat qui reflète le travail que j'ai accompli comme élue pendant six ans.
C'est sur la base de ce bilan que l'on peut me faire confiance pour proposer des projets réalistes, et pour les réaliser ! Tout le monde ne peut pas en dire autant...
Au fait, le 23 mars, on vote...Pas le lendemain !

 

 

[1] C'est une des raisons pour lesquelles j'ai quitté Les Verts / EELV : cette manie de ne pas faire aujourd'hui ce qu'on a dit, même quand on a le pouvoir. Il y a 25 ans, les Verts demandaient la sortie du nucléaire - grâce aux énergies renouvelables et aux économies d'énergie - en 10 ans. Aujourd'hui, 25 ans après, ils demandent cette sortie en 30 ans. Et on n'a toujours pas commencé. Or, que je sache, certains sont au gouvernement...

Et puis maintenant c'est l'agriculture biologique qui est en train de disparaître de leur vocabulaire...

Moi, ça ne me convient pas : Je dis ce que je fais et je fais ce que je dis.

 

Commenter cet article